Univers Mercedes
Ce forum est fermé depuis Mai 2013. L'aventure Mercedes-Benz s'est arrêtée ce jour là.

Un énorme MERCI à tous les membres qui y ont participé, pour leur temps passé et leur générosité, ce lieu est désormais une source d'infos consultables à tout moment, espérant que cette source de savoir répondra à vos questions ou à votre problème.

Cordialement,

Asca.
Univers Mercedes
Ce forum est fermé depuis Mai 2013. L'aventure Mercedes-Benz s'est arrêtée ce jour là.

Un énorme MERCI à tous les membres qui y ont participé, pour leur temps passé et leur générosité, ce lieu est désormais une source d'infos consultables à tout moment, espérant que cette source de savoir répondra à vos questions ou à votre problème.

Cordialement,

Asca.
Univers Mercedes
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


 
AccueilAccueil  PortailPortail  Dernières imagesDernières images  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-50%
Le deal à ne pas rater :
Kit Standard Starlink: Internet très haut débit par satellite
224.99 € 449.99 €
Voir le deal

 

 [Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




[Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Empty
MessageSujet: [Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011   [Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 EmptyLun 1 Nov 2010 - 20:49

La Mercedes SLK 350 : Le Cab' se rebiffe
Source : Essai, Textes et Photos réalisés par Mathieu Bellisario Sport-Prestige
le 10 septembre 2008


Après avoir répudié le SLK 200 K, gourmand et paresseux, Sport-Prestige ne pouvait supporter de vivre plus longtemps dans le pêché. Transgressant les dogmes, la rédaction a accordé sa grâce à Mercedes. Qui se rachète une conduite. Sa bonne foi recouvrée, le constructeur nous a laissé, clé en main, goûter à la tentation d’une sportive sans auréole, le SLK 350. Un ticket d’entrée pour le paradis, ultime sapement avant les joies aphrodisiaques du 55 AMG.

[Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Une-te10

Restyler, ou l’art de s’époumoner à grand vent afin de faire plier les consciences tatillonnes. Dans le consortium des labels automobiles, Mercedes n’est pas constructeur à agir sans prévenir. Tel un arbre pensant, ce bon vieux centenaire entretient ses sorties avec ce qu’il faut de communication, même rigide et sans effort. Preuve en est avec le SLK. Depuis l’automne 1996, et sa première apparition sur tout ce que le globe compte de lacets bitumés, le roadster allemand a définitivement inscrit le toit en dur dans l’inconscient collectif. Si bien qu’une capote, même en toile cirée sans grumeau, ne donne le change qu’avec déraison. N’en déplaise au Z4 3.0si et autre Boxster S. Sans appel, Mercedes a pris les devants et détient depuis le gros du marché -environ 40 %- sur le segment du coupé-cabriolet. Envié et enviable.

[Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Slk-2010

Deux générations de SLK plus tard, et pas loin du demi-million en termes de vente, la relève s’annonce compliquée. Mercedes, il est vrai, n’ayant pas les atouts d’un chef de bagatelle. La pointe du museau humide, l’étoile ne s’autorise cette fois qu’un coup de plumeau passé du bout des doigts, de peur d’écorcher au vif sa gamme sans toit, ni loi. Quatre versions au total, qui manquent malgré tout d’homogénéité, à commencer par la plus juvénile d’entre elles, baptisée 200 K (lire notre essai). Besoin de répondant ? Pour l’obtenir, il faut s’adresser à plus mature. Le 55 AMG battant en retraite, reste à prendre ses marques à bord du 350 Sport…

Design : ange ou démon ?
Est-ce parce qu’il n’apprécie guère de se faire retoucher sans permission, toujours est-il que le SLK 350 deuxième génération a peu changé depuis 2004. Sa dernière évolution en date. Tant mieux. Son dessin sauvage et racé n’a que peu de rivaux. En clair, les principales mesures de ce restylage tendent à le rendre un chouia plus bagarreur (oui, mais jusqu’où ?), notamment au niveau de la face avant, musculeuse, avec un nez taillé en pointe. L’héritage F1. Outre des contours de calandre marqués avec soin, et quelques menus détails, principalement le fait des projecteurs (antibrouillards cerclés de chrome, feux arrière foncés), . A l’arrière, soucieux de gagner en respectabilité, le SLK 350 déploie une double sortie d’échappement rectangulaire (trapézoïdale), ainsi qu’un remodelage de son pare-choc.

[Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Slk-2012 [Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Slk-2011 [Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Slk-2013

Plus attendri que rafraîchi, le biplace étoilé garde malgré tout la forme. Ses formes. Et qui peut aujourd’hui avancer qu’il ne tient pas la distance ? Personne. Un athlète au galbe sculpté, sans apport artificiel. Encore que. Vêtu d’un pack sport, le roadster hausse le ton : jantes alliage 18 pouces six doubles branches, pneus 225/40 R 18 à l’avant et 245/35 R 18 à l’arrière, déflecteur AMG sur le couvercle de coffre… Méchanceté pas gratuite : 2 500 euros sur facture. Démoniaque.

Moteur : le souffle coupé
Positionné au centre de la gamme, le SLK 350 enterre, et de loin, le molletonné 200 K, premier de cordée. Mais supporte-t-il la comparaison avec le maître V8 du 55 AMG ? Exclusif six cylindres de 3498 cm3, le bloc Sport Engine du 350 a reçu toute l’attention des ingénieurs de Mercedes, qui lui ont octroyé un rabiot de puissance et de couple (360 Nm). Des données vérifiées illico : 305 ch (contre 272 auparavant) et une propension évidente à monter haut dans les tours (jusqu’à 7200 tr/min). A de tels niveaux, la symphonie métallique qui s’évade de la poupe n’en devient que plus gutturale. Stridente, rocailleuse. Et ce, quel que soit le mode activé (Sport/Confort). Tendez l’oreille…

[Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Slk-2014
Souligné d'un trait de lipstick écarlate, le V6 germanique

A l’écoute : un V6 monté sur ses grands chevaux
Sombre au démarrage, la sonorité du V6 3,5 litres change de tessiture une fois poussée dans ses retranchements. Quelques octaves grattées à chaque pression de la pédale des gaz. Oubliez Figaro le noceur, réduit ici au rang de piètre buffo de basse-cour. Amadeus amadoué. Dès lors, les sympathiques surchauffes nasales à l’orée des 100 km/h franchis, tout cela en 5,4 secondes, ne font qu’égayer un peu plus la conduite. De vrais relents de sportivité dont il faut, hélas, payer le prix à la pompe. En effet, la réduction de consommation promise par le constructeur (9,5 litres en cycle mixte) s’annonce purement et simplement fausse. 11,8 litres constatés. 17,4 litres avalés en poussant un peu. Beaucoup. Passionnément.

Sur la route : destination plaisir
[Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Slk-su10

De la passion, il en est aussi question dès les premiers hectomètres. Doté d’un châssis confortable et efficace, le SLK 350 se dirige d’une main de velours. Deux, par mesure de sûreté. Une accessibilité de conduite forte aisée, qui renvoie aux écuries la direction floue du 200 K. Nouvelle et paramétrique ici. Résultat : rapidité et aisance en courbe, constance dans le comportement. De quoi se laisser aller… Avouons-le : quel délice de cruiser tête nue, le long de parois couvertes, et de sentir au creux de son pavillon les vibrations hurlantes portées par le vent. La mécanique du corps : j’accélère, je décélère… Immuable. Rappel à l’ordre. Les multiples aides à la conduite (dont le fameux ESP), qui remplissent leur tâche sans en faire trop, incitent à la prudence. Intrusives mais au combien précieuses, d’autant que l’Allemande laisse son train arrière filer plus qu’il ne faut. Sans complexe. Peut-être l’usure des pneumatiques, constatée lors de l’essai, a-t-elle joué en sa défaveur…

Dotée d’une boîte automatique à sept rapports 7G Tronic, le roadster prend son pied. Grosse pointure. Nerveuse comme il se doit, la transmission enclenche les vitesses sans coup férir. A l’attaque, toujours. Dommage que l’absence de palettes de commande au volant (disponible en option) engourdisse des membres avant déjà frustrés par la BVA. D’où vient le mal cette fois-ci ? Des suspensions, fermes, ce qui pour la catégorie s’avère tout bonnement honnête, mais dont l’épreuve d’une route accidentée se digère avec difficulté. Secousses à bord… Alors, on en pince pour le SLK 350 Sport ? Qu’il serait agréable d’en dire autant des disques de frein, trop souvent pris par l’idée de rentrer leurs muscles à l’approche d’une vitesse incorrecte. Ne parlons pas des 250 km/h, champ des possibles bridé électroniquement. Et moralement. Rapport au « souci » de freinage, une pression ferme du bout des orteils et tout s’arrête. Au propre comme au figuré.

[Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Slk-su11
C'est un aller simple pour des sensations extrêmes qui vous attend à bord du 350 Sport. Tout le monde en croque : apprentis comme pilotes chevronnés. Gare à ne pas se laisser griser...

Vie à bord : roadster d’accueil
Pourtant à l’aise dans son siècle, le SLK 350 retourne en enfance dès que l’on évoque les travaux finis. Pas entièrement en l’espèce. Trop classique, l’habitacle manque de personnalité. Ce qui n’implique pas pour autant un défaut de qualité : plastiques solides au toucher granuleux, renforts parfaitement moussés au devant de la planche de bord… Un assemblage correctement effectué, mais qui aurait mérité une attention autre. A l’œil, le tableau de bord et ses compte-tours passent l’épreuve de l’ergonomie stylée, ce qui n’est pas le cas du volant à trois branches, au dessin grossier et aux comodos mal agencés (fichu ESP…). D’autant plus regrettable que la sellerie en cuir surpiquée de points rouges assure un maintien appréciable, qui ne saurait être perturbé par la position de conduite : basse, presque allongée et donc, résolument sportive. Ceux désirant retrouver une assise plus conventionnelle n’auront qu’à redresser leur siège via les commandes électriques.

[Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Compte10

Il n’empêche. Une fois installé, difficile de ne pas se sentir en sécurité. Les six airbags invités à bord n’y sont pour rien. Ou si peu. Surtout, la technologie développée par Mercedes n’induit, en aucun cas, un besoin imminent de quitter cette coquille protectrice. Qu’il s’agisse du système de chauffage de nuque (Airscarf), des rétroviseurs qui s’inclinent dès la marche arrière enclenchée, ou de l’anti-reflet plaqué d’office sur chaque surface translucide, l’argument confort se pose là. C’est simple, le futur semble déjà proche. Tout proche. Plus que parfait. Retour au présent avec la seule anicroche entrevue : le système de navigation à l’écran non tactile (doublé d’une sono plate) souffre d’une interface vieillotte. Il serait temps d’y remédier.

[Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Slk-2015 [Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Slk-2016 [Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Slk-2017
Cerise sur le Strudel, le SLK 350 reste un roadster premium. Comment l’oublier. A peine 22 secondes suffisent pour que le coupé se mue en cabriolet, dans un silence de cathédrale. Une manœuvre possible uniquement à l’arrêt (ou à très basse vitesse), le doigt maintenu sur la commande située aux abords du frein à main. Plié en quatre, le toit respecte l’hospitalité accordée par son hôte coffre, lequel conserve ainsi une contenance appréciable (de 208 à 300 litres). Surtout quand, à quelques encablures de là, le faible nombre de rangements n’invite guère à l’imagination. Cinq espaces creux en tout.

[Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Slk-2018

Dans la jungle des constructeurs d'outre-Rhin, Mercedes et Audi se livrent une bataille de chiffonniers. Mais trop souvent, l'étoile pâlit face aux anneaux, en partie à cause d'une finition loin du standing affiché. Chose que le SLK 350 ne démentira pas...

Conclusion : s’il n’en reste qu’un…
Ce sera celui-là. Evidemment. Sans échapper aux reproches, bien légitimes, le SLK 350 mérite à tous égards la distinction du coupé-cabriolet le plus performant du marché. Polyvalent avec ça. Mais qu’importe. Assez joueur pour se faire plaisir, cajolé en surface mais aussi dans ses moindres ourlets, le SLK dispose d’autant d’atouts qui font de lui la nouvelle valeur étalon d’une gamme dominatrice sur son segment. Après, son attractivité relative (49 900 euros), alourdie par une masse d’options ruineuses, l’empêche de se montrer avenant à qui veut lui plaire. Tout a un prix.

[Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Slk-2019

[Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Slk-2020

MERCEDES SLK 350 (2008 -
Prix : 49 900 euros Prix du modèle essayé : 64 750€

LES PLUS +
* Gueule d’ange au sourire carnassier
* Agrément de conduite
* V6, chef de choral
* Direction soignée de sa myopie
* Toit en dur escamotable
* Confort intact
* Ingéniosités technologiques (Airscarf, rétroviseurs anti-reflets…)


LES MOINS -
* Peu d’évolution
* Pas encore une sportive accomplie
* Manque de mordant au freinage
* L’ESP déconnecté, capricieuse du train arrière
* Habitacle sans cachet
* Déficit de rangements
* GPS obsolète
* Ribambelle d’options coûteuses


[Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Slk-2021


Source : Essai, Textes et Photos réalisés par Mathieu Bellisario Sport-Prestige


Dernière édition par Bob le Jeu 9 Juin 2011 - 12:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




[Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Empty
MessageSujet: Re: [Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011   [Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 EmptyDim 28 Nov 2010 - 10:18

Vidéo Exclusive : Mercedes SLK 350 2008
Publié par Mathieu Bellisario le 11 septembre 2008

Source : sport-prestige


Les roadsters de la Classe SLK Mercedes-Benz ont conquis depuis longtemps le cœur des passionnés de voitures de sport. Après un restylage incluant le développement de près de 650 nouvelles pièces, les modèles SLK 2008 se présentent sous un jour encore plus dynamique et offrent des sensations de conduite intenses. Parmi les principales modifications esthétiques figurent des pare-chocs avant et arrière redessinés, ainsi qu’un habitacle remanié (mais insuffisamment) avec un nouveau combiné d’instruments et un volant sport à trois branches.

Animé par un moteur sport V6 à haut régime de 224 kW/305 ch et doté en option d’une direction paramétrique, le SLK 350 Sport affirme son caractère, dynamique et exacerbé, propre à un biplace. Avant de prendre le volant, découvrez le clip exclusif « Sport-Prestige« , hommage filmique à une Allemande d’exception. Titre de la séance : « Mercedes SLK 350 Sport 2008, 305 chevaux de fougue en liberté« . Moteur, ça tourne…




Source : sport-prestige
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




[Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Empty
MessageSujet: Re: [Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011   [Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 EmptyMar 30 Nov 2010 - 10:19

Revenir en haut Aller en bas
Asca





[Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Empty
MessageSujet: Re: [Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011   [Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 EmptyLun 9 Mai 2011 - 23:28

Chaque nouvelle sortie, donne à l'ancienne un statut de classique, mais je préfère celle-ci à la R170, le style SLR est prononcé, une sorte de SLR du "pauvre" ... même en AMG Rire

Enfin 305 Ch , c'est bien déjà ! clin doeil

J'aime bien les touches de bois, ça fait moins Opel Tigra Amusé
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





[Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Empty
MessageSujet: Re: [Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011   [Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Essai] La Mercedes SLK 350 ( R171) 2008- 2011
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Essai] La Mercedes SLK 55 AMG (R171) 2008-2011
» [Essai] La Mercedes SLK 200 K (R171) 2008- 2011
» [Présentation & Essai] La Mercedes-Benz A 150 Start/Stop ECO 2008-2011
» [Essai] La Mercedes SLK 55 AMG (R171) 2006-2007
» [Essai] La Mercedes SL 350 (R230 phase II) 2008-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Mercedes :: Classe SLK & 190 SL :: R171-
Sauter vers: