Univers Mercedes
Ce forum est fermé depuis Mai 2013. L'aventure Mercedes-Benz s'est arrêtée ce jour là.

Un énorme MERCI à tous les membres qui y ont participé, pour leur temps passé et leur générosité, ce lieu est désormais une source d'infos consultables à tout moment, espérant que cette source de savoir répondra à vos questions ou à votre problème.

Cordialement,

Asca.
Univers Mercedes
Ce forum est fermé depuis Mai 2013. L'aventure Mercedes-Benz s'est arrêtée ce jour là.

Un énorme MERCI à tous les membres qui y ont participé, pour leur temps passé et leur générosité, ce lieu est désormais une source d'infos consultables à tout moment, espérant que cette source de savoir répondra à vos questions ou à votre problème.

Cordialement,

Asca.
Univers Mercedes
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


 
AccueilAccueil  PortailPortail  Dernières imagesDernières images  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
TV LED 32” Continental Edison CELED32SAHD24B3
Voir le deal
139.99 €

 

 [Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Empty
MessageSujet: [Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)    [Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   EmptyLun 18 Juin 2012 - 13:36

Essai Mercedes SL 500
Par Antoine Arnoux le 26 mars 2012
Source : Sport Prestige

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1338

Mercedes SL. L’appellation est devenue synonyme d’un mythe quasi familial, de six générations désormais, qui cultivent une certaine idée du roadster. Notre SL 500 s’avance, place à un nouveau souffle. Celui du V8 biturbo en l’occurrence.


Sous un soleil déjà en pleine forme en ce début de printemps, se livre à nous l’aboutissement de 60 ans de roadsters Mercedes. Quelle évolution depuis la 300 SL, Voir : ICI première à recevoir le patronyme Sport Leicht en 1952. À l’époque, nous parlions d’une voiture de course, brute, et de sa variante routière à peine civilisée. Loin de l’esprit du sixième du nom (R231) qui nous attend.

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1339

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1340
Le gentleman driver se serait-il embourgeoisé entre temps? Non, il prenait simplement ce que l’époque lui offrait. Les SL qui se sont succédé ont chacun apporté leur pierre à l’édifice, avec force légendes que Mercedes ne manque pas de rappeler à notre bon souvenir. De la SL R107 Voir : ICI immortalisée avec Bobby Ewing à la Pagode Voir : ICI signée Paul Bracq Voir : ICI, la saga SL ne se résume pas à la glorieuse carrière en course de la 300 SL papillon dont la SLS Gullwing Voir : ICI est une plus proche descendante, nous y reviendrons, même si tout est parti de là pour aboutir à notre dame blanche. Tentons de détailler ses lignes. Les rayons accaparés par la robe de la jeune première nous sont renvoyés en pleine figure.

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1341

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1342

Ah, cruels clichés… On s’est dit que sa vie ne serait pas des plus faciles, avec ce regard globuleux et un peu trop prononcé. Les photos n’étant pas toujours flatteuses, Il s’agissait d’éviter tout jugement hâtif. À juste titre, puisque le SL est nettement plus à son avantage en chair et en os. Quelques angles paraissent encore étranges, toujours sur ces optiques avant proéminentes, mais le roadster Mercedes paraît nettement plus équilibré de visu. On prend aussi conscience de ses proportions respectables, revues à la hausse ( + 50 mm en longueur, + 57 mm en largeur ). Son architecture typique de grand roadster n’a pas changé, toujours aussi musculeuse avec ce long capot, terminé par un poste de conduite assez reculé.

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1343

On tique sur quelque chose, pourtant. Si les yeux sont les fenêtres de l’âme, ces lignes de Leds ondulantes ne lui rendent pas vraiment justice : cette douceur contraste avec le dynamisme plutôt acéré du nouveau SL, surtout avec le Pack Sport AMG d’office avec notre version Edition 1. Les arêtes sont marquées, la calandre plus abrupte et les contours anguleux. Du Mercedes cru 2012 dans toute sa splendeur, comme pour définitivement faire oublier le début des années 2000 et les galbes timides des productions Mercedes d’alors.

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1344

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1345

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1346

Les choses ont bien changé à l’intérieur aussi. Finies les rondeurs du précédent SL, place aux angles et aux derniers effets de style chers à l’étoile. Aérateurs typés aviation et planche de bord rectiligne, l’inspiration SLS Gullwing est là. Puis, les yeux rivés sur le compte-tours, clef mains-libres en poche, une pression sur le bouton Start réveille le V8. Glissons vers les cols.

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1347

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1348

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1350

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1349

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1352

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1351

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1353

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1354

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1355

Moteur!
Il n’aura pas fallu longtemps à ce V8 biturbo, introduit dernièrement sur les E, S et CL, pour gagner son bâton de maréchal. Il occupe le sommet de la gamme classique hors AMG, au dessus du "petit V6" 3,5 l de 306 ch du SL 350. On trouve évidemment plus caractériel que ce SL 500, mais sur un positionnement de Grand Tourisme délicat à faire accepter en ces temps de flagellation énergétique, il ménage la chèvre et le chou en conciliant noblesse de fonctionnement et efforts d’efficience. Il est d’ailleurs estampillé Blue Efficiciency, le label vert Mercedes… Et il y a même un Start & stop, faisant ricaner le badaud au feu rouge, persuadé que vous avez calé (c’est une boite auto, monsieur…).

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1357

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1358

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1359

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1356

Notons malgré tout que 17 l /100 km au terme de l’essai avec notre entrain, c’est honorable ( 9,1 l annoncés, à un train de sénateur ). Le soleil d’Andalousie inondant l’habitacle, on se soucie plutôt d’autre chose. Du tempérament de ce bloc de 4,7 litres tapi à nos pieds, surtout. Sans attendre, le toit s’éclipse en 20 secondes. Sièges ventilés allumés à fond, très agréable en conduite sportive, nous voilà prêts à mettre pied droit.

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1360

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1362

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1361

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1363

Si le downsizing prenait toujours cette forme, on applaudirait plus souvent. Pas vraiment percutant malgré ses 435 ch soit 3,98 kg/ch, il pousse très fort dès le bas du compte-tours, mais sans griser le 500 laisse le sport aux versions AMG. Un peu comme une grosse main qui vous emporte, sous l’effet des 700 Nm le couple maxi est disponible dès 1800 trs/mn, gommant le poids encore conséquent. 1785 kg, c’est tout de même 125 kg de moins que le précédent SL 500. La bonne surprise, c’est que l’effet de la suralimentation est presque gommé. Pas de chuintement ou très peu pour venir troubler le timbre du bloc souabe. Sur d’autres, le bruit d’un turbo est stimulant. Ici, c’eût été incongru. Ensuite, il devient un peu plus pointu, sa vigueur de bloc supercarré prenant le dessus (alésage x course : 92,9 x 86 mm). Il faut d’ailleurs aller chercher les 435 ch à 5250 trs/mn.

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1364

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1365

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1366

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1367
On se prend au jeu des relances à hauts régimes, faisant résonner les tunnels et… affoler le G-mètre, une trouvaille que Mercedes a jugé utile d’afficher sur l’écran central. Pur gadget, qui fait sourire. Mentionner les forces G encaissés sur un roadster BCBG, c’est amusant.
« Le nouveau SL 500 garde le meilleur de la suralimentation : gorgé de couple très tôt, le V8 Mercedes sait aussi chanter haut dans les tours. »

Les kilomètres s’égrènent, le SL joue sur du velours avec pour seule manifestation mécanique, les gargouillis du V8, soignés par un travail poussé de l’échappement. Le grondement est d’abord lointain, distingué, puis passe à un registre plus métallique tout en gardant sa tessiture de baryton. Il y a une vraie signature sonore Mercedes, désormais. Le constructeur y tient, d’ailleurs. Tout juste relève-t-on une légère inertie au lever de pied, plus sensible que sur l’ancien bloc 5,5 l atmosphérique, qui rappelle la vocation du SL : celle d’une noble GT très efficace, gentiment sportive et toujours parfaitement éduquée. Tout incite à une conduite coulée, rapide mais jamais cavalière.

Les chronos la mettent pourtant au niveau d’autos nettement plus teigneuses. 4,6 s pour le 0 à 100 km/h, cela met le SL 500 au coude à coude avec une nouvelle Carrera S, par exemple. En relance aussi, c’est une catapulte d’autant que le SL est épaulé par une transmission en progrès. Trois modes gèrent l’ensemble moteur-boite. En mode S, l’accélérateur est un peu plus réactif, gommant un temps de latence assez sensible en Confort, et les passages de rapports deviennent plus vifs. Cette boite 7G-Tronic Plus, justement décriée pour son manque de rapidité et de réactivité, semble enfin avoir trouvé le bon ton. Toujours aussi douce, elle n’hésite plus à tomber deux rapports instantanément au moindre kick-down un peu musclé. Un bémol toutefois sur le mode Sport, qui a tendance à maintenir le V8 trop haut dans les tours, obligeant parfois à recourir aux palettes toujours trop petites. Le reste du temps on les oublie, préférant laisser la boite agir seule. Le SL 500 vous pilote, et non l’inverse.

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1368

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1369

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1370

Comportement routier
Sans surprise, L’appellation Sport Leicht a changé de sens au fil des ans. Par "Sport léger", il faudrait aujourd’hui entendre… sportif avec parcimonie. Car si le nouveau SL laisse entendre un tempérament plus vif sur la route, il ne fait pas plus de choses que le précédent. Mais il les fait mieux. Un peu comme une gymnaste dilettante qui n’aurait pas élargi son champ de compétences, mais travaillé les agrès qu’elle maitrise déjà. Comme évoqué plus tôt, le poids diminue ( – 125 kg sur le 500, – 140 kg sur l’entrée de gamme 350 ). Mercedes a misé sur l’alu à haute dose pour la carrosserie et la structure du SL, où l’on retrouve de multiples alliages de fonte d’aluminium. La rigidité en bénéficie, accrue de 20 %. Les liaisons au sol évoluent sans révolution, mais perdent encore quelques kg grâce à l’alu pour les bras inférieurs de suspension.

Pas de bouleversement à attendre pour le comportement du SL. Mais on passe plus vite, et on se permet des choses génialement ( et moralement ) folles. Ainsi, le châssis Sport du pack AMG plus ferme, rabaissé de 10 mm et la suspension pilotée ABC apparaissent comme d’ excellents choix options hélas facturées 7000 et 4000 €. Le système offre un mode Sport très réussi qui ne nuit en rien au confort et offre un surcroit de fermeté appréciable en terme de toucher de route.

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1371

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1372

Le SL reste évidemment un gros tapis volant isolé au possible, mais sa direction communique juste ce qu’il faut à un usage de GT. Légère, mais pas trop. En revanche, le mode Confort paraît trop souple de suspension et n’offre pas la même précision en enchainements, même à rythme modéré. Tout se passe à merveille jusqu’à hausser sérieusement le ton. Le SL devient délicat à placer aux freins en entrée de courbe, où sa tendance d’abord sous-vireuse est assez sensible. Le Torque Vectoring Brake dispositif couplé à l’ESP agissant sur le freinage d’une des roues motrices, permet de légèrement compenser cette tendance jusqu’à un certain point, mais pas de miracle à prévoir.

Le poids plus élevé sur le train avant y est pour quelque chose. Surtout après quelques épingles avec freinages appuyés bien tardifs, qui n’épargnent pas les disques ( 360 mm à l’avant, étriers 4 pistons ). Leur endurance est rapidement mise à mal. Sentir la pédale devenir spongieuse avec un pan de roche en face, c’est… sportif, en revanche. Plus de peur que de mal, même si les routes andalouses réservent parfois quelques surprises. Un belle courbe qui se referme derrière une bosse, une compression en bas de côte que l’on n’aurait pas jugé aussi forte, et on se rend compte que ce SL met en confiance.

On se prend à remettre les gaz plus fort que de raison, béatement, inconscients du décalage entre notre flegme et les exercices que l’on impose à l’allemande. Elle souffre peut être, mais ne bronche pas. Les gommes Continental du pack AMG en revanche, semblaient peu à l’aise, criant leur douleur en courbes serrées, et le grip diminuant au fil de l’essai. Le SL est tellement isolé qu’il est extrêmement délicat de ressentir les contraintes infligées sur les pneumatiques par ce beau bébé.

Malgré cela, la motricité ne fait pas vraiment défaut, jugulée discrètement par l’ESP et le contrôle de traction. Et ensuite, lorsque vraiment la semelle de plomb vous chatouille les orteils, la dérive du train arrière intervient tôt mais progressivement. On l’apprivoise vite, tant que l’on ne perd pas de vue que de la SL originelle, le roadster n’a gardé que le nom. Le Sport Leicht de 1952 est loin.

[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Merc1373

A bord
Le temps d’un arrêt pour profiter des derniers rayons et laisser souffler les freins ( et votre serviteur aussi ), on parcourt l’habitacle plus en détail. Oublié, le design intérieur rondouillard du précédent SL. Devenu trop sage en rapport avec le style Mercedes actuel, il était temps d’évoluer. Comme pour l’extérieur, le changement intègre les derniers effets de style Mercedes.

Notre version Edition 1, série spéciale que Mercedes reconduit à chaque lancement, fait le plein et offre une présentation franchement cossue, avec cuirs et inserts issus du catalogue de personnalisation Designo. Pour 150 900 €, c’est un minimum. Avouons que la réalisation est de très haut niveau. Très peu de plastiques apparents, du cuir surpiqué omniprésent et quelques touches de chrome et d’alcantara çà et là : rien ne fleure l’économie et c’est tant mieux.

Le chapitre équipement progresse également, avec le toit électrochrome Magic Sky désormais disponible. Introduit sur le SLK l’an dernier, le toit vitré devient opaque sur pression d’une commande située près du plafonnier. L’ambiance lumineuse est très agréable, mais tout de même facturée 3000 €. Pour le reste, on retrouve une dotation de série classique sur le segment, avec navigation Comand ( incluant interface iPhone ), sièges électriques chauffants, chauffage de nuque Airscarf… L’armada sécuritaire devenue habituelle ( Distronic Plus, freinage d’urgence… ) est marquée par l’arrivée sur le SL du système Pre-Safe d’anticipation des « situations accidentogènes ». En clair, l’analyse de multiples paramètres permet de déceler un risque de choc et d’activer freinage d’urgence et rétracteurs de ceintures. Bon, inutile de chercher à en tester l’efficacité, alerte de franchissement de ligne et d’angle mort sont là pour l’éviter.

Au final

Le SL est resté fidèle à ce qu’il est progressivement devenu : un gros cabriolet bourgeois qui aime à s’encanailler de temps à autre, toujours avec mesure. C’est ainsi que Mercedes a bâti le mythe, en tout cas. Cette philosophie a encore monté d’un cran sur la sixième génération du roadster fétiche. En ce sens, ce SL 500 est une réussite. En parlant d’icônes, une certaine SLS AMG revendique elle aussi ce statut de descendante légitime de la 300 SL… Pas au même tarif, bien sûr. Peut être faut-il voir avec le SL actuel ce que la 190 SL Voir : ICI était à la 300 SL de l’époque. D’attachantes filles de l’air dans les deux cas.

Les plus +
-Confort royal
- Boite 7G Tronic en progrès
- V8 musical et efficace
- Suspension ABC réussie


Les moins -
- Endurance du freinage décevante
- Suspension trop souple en mode Confort
- Tarif coquet
- Poids toujours élevé


Caractéristiques techniques :
Prix de base : 99 900 € (SL 350)
Prix du modèle essayé : 157 900 € ( SL 500 Edition 1, avec toit Magic Sky, suspension ABC, peinture blanc diamant )
Moteur
V8 longitudinal avant, 32 soupapes Distribution : 2 x 2 ACT Cylindrée : 4663 cc Alésage x course ( mm ) : 92,9 x 86
Puissance maxi : 435 ch à 5250 trs/mn Couple maxi : 700 Nm de 1800 à 3500 trs/mn
Transmission :
Propulsion, boite séquentielle 7 rapports 7G-Tronic Plus
Dimensions L x l x H ( mm ) : 4612 x 1877 x 1315 Empattement ( mm ) : 2585
Poids : 1785 kg
Pneumatiques : 255/35 ZR19 ( av ), 285/30 ZR19 ( ar )
Freins av/ar : disques ventilés ( percés à l’avant ), 360 et 320 mm, étriers 4 et 1 pistons
Performances :
0 à 100 km/h : 4,6 s vitesse maxi : 250 km/h ( limitée )
consommation cycle mixte ( l/100 km ) : 9,1 ( annoncé ), 17 ( relevé, conduite dynamique )




Dernière édition par Bob le Sam 8 Sep 2012 - 11:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Empty
MessageSujet: Re: [Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)    [Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   EmptyLun 18 Juin 2012 - 17:44

Cool l'essai, bien jolie ce nouveau SL!

J'avais vu un essai vidéo, où il était dit aussi que l'endurance des freins n'était pas top.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Empty
MessageSujet: Re: [Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)    [Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   EmptySam 8 Sep 2012 - 11:58

Mercedes SL500 (R231)

Le roadster Mercedes SL perpétue une légende vieille de 60 ans. Cette nouvelle mouture, nom de code R231, place la barre très haut en termes de technologie, de performances, de confort et de dynamisme.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Empty
MessageSujet: Re: [Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)    [Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)   Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Essai & Vidéo] Mercedes SL500 (R231)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Essai] Mercedes SL350 (R231)
» [Essai & Vidéo] Mercedes SLK 350
» [Essai & Vidéo] Mercedes Classe B
» La Mercedes classe S 450 4 Matic Essai & Vidéo
» [Essai vidéo] Mercedes CLS 350 CDI "Shooting Brake"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Mercedes :: Classe SL & SLC :: R231-
Sauter vers: