Univers Mercedes
Le 5 Mai 2013

Bonjour,

Ce forum est fermé. L'aventure Mercedes-Benz s'arrête ici.

Un énorme MERCI à tous les membres qui y ont participé, pour leur temps passé et leur générosité, ce lieu est désormais une source d'infos consultables à tout moment, espérant que cette source de savoir répondra à vos questions ou à votre problème.

Cordialement,

Asca.


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Forum Univers-Mercedes est fermé. Il restera accessible en ligne pour le consulter en visiteur.

Partagez | 
 

 La petite rubrique économique de Bob

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Asca




MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Mar 28 Aoû 2012 - 21:36

Olivier Delamarche
28 Aout 2012

En forme ... Discret

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Dim 2 Sep 2012 - 15:50

Pas de doute le changement c'est maintenant....

Quenelle Quenelle Quenelle


L'Etat vole au secours du Crédit Immobilier de France
Source : leparisien.fr le 01.09.2012


Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a annoncé ce samedi soir que l'Etat «accordera sa garantie au Crédit Immobilier de France», établissement spécialisé dans le crédit immobilier qui connaît actuellement des graves difficultés financières.

«Pour permettre au groupe CIF de respecter l'ensemble de ses engagements, l'Etat a décidé de répondre favorablement à sa demande de lui octroyer une garantie.

Cette garantie sera mise en place sous réserve de l'autorisation de la Commission Européenne et du Parlement, qui sera saisi dans le cadre de la plus prochaine loi de finances», indique le communiqué de Bercy.

Cette annonce confirme une information publiée dans l'après-midi par le site internet du Figaro.

«Les pouvoirs publics ont promis d'apporter leur garantie à l'établissement centenaire afin d'éviter toute panique sur un gros émetteur français. Car si le CIF est un petit réseau bancaire avec ses 300 agences, plus de 30 milliards d'euros d'emprunts portent sa signature», indiquait le site internet du Figaro. L'établissement doit notamment faire face à des échéances de 1,75 milliard d'euros en octobre.

Une nouvelle direction mise en place

Le PDG du CIF, Claude Sadoun, par ailleurs vice-président du mouvement HLM, aurait été obligé de démissionner, ajoute le site internet du quotidien, qui affirme que le conseil d'administration du CIF a décidé vendredi soir de demander l'aide de l'Etat.

«L'Etat a pris acte de la nomination de Bernard Sevez en qualité de nouveau PDG et de Patrick Amat en qualité de directeur général délégué ainsi que du départ de l'ancien dirigeant du CIF, en faisant valoir ses droits à la retraite», précise le communiqué du ministère.
Bercy souligne que «Etat s'attend à ce que l'ancien dirigeant du CIF renonce à toute indemnité».
M. Sadoun, par ailleurs vice-président du mouvement HLM, était depuis de longs mois l'objet de nombreuses critiques pour sa gestion de la crise et pour la façon autocrate, muré dans le silence, dont il dirigeait l'établissement. Samedi soir M. Sadoun n'avait pas répondu à l'appel de l'AFP.

L'agence d'évaluation financière Moody's avait mis mardi les pouvoirs publics au pied du mur, en abaissant de trois crans la note de la Caisse centrale du CIF, désormais coupée définitivement de ses sources de financements. Moody's se disait persuadé que l'Etat soutiendrait le CIF. Dans le cas contraire, sa note pourrait chuter de neuf crans supplémentaires, a averti l'agence.

Le CIF, spécialiste des prêts immobiliers aux particuliers et lié au mouvement HLM, est très dépendant de sa note car elle conditionne son accès aux marchés, qui constituent sa seule source de financement puisqu'il ne collecte pas de dépôts.

LeParisien.fr

A part ça le marché immobilier va très bien en France... Madame la marquise cmalade
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Dim 2 Sep 2012 - 16:30

Je ne vois pas la un rapport direct avec la mauvaise sante du marche de l'immolbilier... Les acheteurs peuvent tres bien emprunter ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Dim 2 Sep 2012 - 16:46

Citation :
Comme nous le savons tous, dans ce pays, les seuls moyens de subsistance sont la débrouille et le travail.

Je viens de trouver cette phrase, sur un autre site, elle s'appliquait au Burkina Faso... Je me suis bien marre... Quelqu'un peut-il m'expliquer la difference avec la France et tous les autres pays ??? MDR
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Dim 2 Sep 2012 - 17:06

Le CIF ne fait que du prêt immobilier....

Depuis l'échec la semaine dernière, des négociations de rapprochement avec la Banque postale, missionnée par le gouvernement pour trouver une solution pérenne, il y avait effectivement urgence. Spécialiste des prêts immobiliers aux particuliers et lié au mouvement HLM, le CIF est à la tête de 300 agences et gère 33 milliards d'euros de crédits. Dans le communiqué paru hier, le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici a indiqué que l'Etat accordera sa garantie à l'établissement, sous réserve de l'autorisation de la Commission européenne et du Parlement. Selon nos informations, cette garantie serait de 4,7 milliards d'euros, soit un montant bien supérieur aux fonds propres de la société en difficulté, ceux-ci totalisant 2,4 milliards d'euros. Auxquels il faut, certes ajouter les actifs détenus en propre par le CIF, en particulier ses fonds commerce, celui-ci étant à la tête de plusieurs filiales immobilières.

Il faudrait avoir le détail exact de leur bilan et les raisons pour lesquels Moody's a abaissé la note d'une façon aussi brutale.... Choqué
J'ai fait le tour des sites... pour l'instant c'est secret défense... mais on va savoir clin doeil

Cela veut dire que leurs crédits sont mal ou plus remboursés par des emprunteurs plus ou moins solvables.., que leurs hypothèques ne valent pas ce qui est inscrit au bilan... cela veut surtout dire que la Banque a fait faillite car 4.7 Mds d'€ de garantie de l'Etat pour 2.4 Mds de fonds propres.... c'est Game Over Niqué

Nous sommes un des rares pays ou la bulle spéculative immobilière n'a pas encore explosée... mais le marché est trompeur car les transactions se sont effondrées depuis deux ans.... pas de transaction = pas de baisse apparente... Siffle Mais là nous avons une situation explosive des vendeurs pris à la gorge et des acheteurs qui ont de moins en moins accès au crédit.... Ça va saigner sous peu... Discret
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Lun 3 Sep 2012 - 6:19

Je vais vous expliquer le pourquoi des soucis du CIF :

Lorsqu'un emprunteur n'arrive pas à se faire prêter du fric par les banques traditionnelles, l’emprunteur va au CIF emprunter sur de longues durées, avec des taux importants (clients à risques).

Le marché de l'immobilier est quand même en crise (-20% de transactions sur l'ancien), ça licencie sec dans les agences immobilières (5000 suppressions de postes en 2012), et les courtiers pleurent.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Lun 3 Sep 2012 - 10:01

Immobilier : vendre immédiatement...
Mercredi, 27 Juin 2012 | Écrit par Maurice Gendre |
Source : scriptoblog.com


Jean-Pierre Rondeau : "Vendre immédiatement en acceptant une baisse sous le marché si celui-ci semble bloqué"

Jean-Pierre Rondeau, PDG de MEGARA Finance, conseil en gestion de patrimoine indépendant (CGPI), conseil en « Family office » et conseil en finances d’entreprises et tutelles.Ses statuts : conseil en investissement financier (CIF), démarchage financier, intermédiaire en opérations de banque et services de paiement (IOBSP), courtier en assurance et titulaire de la carte professionnelle en matière de transactions sur immeubles et fonds de commerce.

Il bénéficie en outre de la compétence juridique appropriée (CJA) qu’il exerce au titre accessoire de son métier de CGPI. Jean-Pierre Rondeau a occupé et assure toujours de nombreuses responsabilités en matière financière. Il a été vice major du diplôme national de Master en Gestion de Patrimoine d’Aix-Marseille III en 2004.

Il prodigue quelques conseils pour se prémunir du "krach immobilier à venir".

Entretien réalisé par Maurice Gendre



1) Pour quand prévoyez-vous le krach immobilier ?

On ne peut pas parler de krach immobilier comme on en parle pour la bourse. L’immobilier baisse par paliers. Quand les vendeurs finissent par accepter une baisse, cela fait une rémission. La dernière baisse s’est étalée de 1990 à 1996. Pour moi, il s’agit d’une correction de la bulle, celle-ci pouvant être très forte sur plusieurs années. Je ne suis pas un gourou. Et le propre d’une bulle, c’est comme le ballon que vous gonflez : Quand va-t-il éclater ?

2) Quels seront les signes avant-coureurs ?

Les signes sont déjà là : une baisse déjà entamée depuis plus d’un an dans la plupart des villes de Province, des dizaines d’articles sur la baisse de l’immobilier qui n’existaient pas il y a encore deux ans. Certes, certains ne vous parlent que de petits pourcentages, d’autres excluent Paris, d’autres enfin disent que cela repartira en 2013. Et puis les aveux mêmes de certains professionnels : promoteurs, agents immobiliers et même notaires. tous doivent faire face à un marché bloqué parce que les vendeurs restent sur leurs positions (prix) quand les acheteurs attendent que cela baisse. Comment faire comprendre aux vendeurs qu’il faut baisser sans paniquer les acheteurs potentiels ? Enfin, nous les CGPI qui pratiquons l’immobilier en intermédiaires, nous constatons que de très grands promoteurs comme Kaufmann & Broad, Cogedim et Bouygues nous sollicitent pour que nous proposions leurs produits. Quand le marché va bien, ils vendent par leurs propres réseaux et se refusent à nos propositions de partenariat. Maisons Phénix propose des réductions de prix qu’elle affiche commercialement en disant « nous vous offrons 10M² ». Mais c’est le cas de nombre de promoteurs qui offrent des rabais, des commissions plus fortes pour les intermédiaires (parfois jusqu’à 12%), des primes ou cadeaux (challenges), les frais de notaires et bien d’autres avantages pour les acheteurs, comme des cuisines équipées. Et puis nous nous voyons reproposer nombre de biens à la baisse avec la mention « retour », ce qui traduit le fait que le compromis signé n’a pas été concrétisé (faute de crédit). Tout ceci ne peut tromper.

3) Quelles en sont les raisons profondes ?

Les ressources (trop faibles) des ménages qui achètent pour se loger et la rentabilité médiocre pour les propriétaires bailleurs, ne justifient pas de tels prix.».

FRIGGIT, qui est à mes yeux l’un des meilleurs analystes de l’immobilier en France, prévoyait dès 2008 une baisse pouvant aller jusqu’à 40% quand il comparait les prix de l’immobilier en France par rapport aux revenus moyens de nos ménages, depuis 1950, soit sur une période de 58 ans à l’époque. Jusqu’en 2000 ils avaient évolué dans une fourchette de plus ou moins 10%. Si on prend le même critère, il suffit de comparer une hausse du revenu moyen des Français de 27% en dix ans, comparable à celle des loyers (29%), alors que l’immobilier a progressé en moyenne de 100%, et, bien sûr, beaucoup plus sur Paris. Ceci a rendu beaucoup de Français insolvables, même si en contrepartie ceci a été partiellement corrigé par les baisses des taux des crédits immobiliers. Une correction a commencé en 2009, mais la bulle est par la suite repartie de plus belle. Pourquoi la France échapperait-elle aux corrections intervenues aux USA et dans la plupart des pays d’Europe, et je ne parle pas de l’Espagne seulement, à l’exception de la Grande Bretagne et de l’Allemagne, mais cette dernière n’a pas connu de bulle. C’est pourquoi le marché semble y repartir actuellement. Un placement devrait se comparer hors critères sécurité et disponibilité par celui du rendement. Un bien immobilier à Paris rapporte aujourd’hui du 2,5%. Bien sûr, on peut se dire que le taux n’est pas pire que celui d’un livret et pas loin d’un contrat d’assurance. Mais il subit de lourds frais d’entretien et une imposition tout aussi lourde.

Mais pourquoi cette bulle a telle perduré en France. ? Pénurie de logements, rareté du foncier, achats des étrangers, vieillissement de la population, accroissement exponentiel des gens seuls (divorces), effet inflationniste des aides publiques, mais aussi et surtout baisse des taux d’intérêts suite à l’Euro, puis à la crise de 2008 et l’allongement des crédits. Enfin, parce que le marché de l’immobilier est soutenu de façon malsaine depuis des dizaines d’années par l’État. Je rappelle le slogan « quand l’immobilier va tout va ». Il est vrai qu’il représente des dizaines de milliers d’emplois. Mais partant de bons sentiments, comme le fait que la France manquer de logements, on a construit des logements dont beaucoup ne correspondent pas au besoin qui est celui de logements sociaux. On a surtout favorisé des promoteurs, certes souvent sérieux, mais parfois beaucoup moins, et des réseaux de vendeurs encore une fois plus ou moins sérieux. Le manque de foncier dans les villes a conduit à construire dans des villes sans potentiels, à des endroits dits « banlieue » sans transports, en promettant à des acheteurs obnubilés non pas par l’emplacement et la qualité, mais par le fait de « diminuer » leurs impôts, des loyers futurs gonflés. Ceci pose et posera de plus en plus de problèmes à ces acheteurs dont le dossier crédit a tout aussi été gonflé par un achat supérieur à leurs possibilités, quitte à tricher sur la réalité de leurs salaires.

Aujourd’hui le dernier avatar, le Scellier qui avait succédé au Robien que j’avais un peu contribué à faire sauter (première émission télévisée, « les Robiens de la colère » qui a eu un retentissement exceptionnel) disparait, comme d’ailleurs d’autres niches fiscales en cours d'extinction qui ont surtout servi à enrichir ces promoteurs d’immobiliers ou de produits de défiscalisation et leurs réseaux de vendeurs.

Le nouveau gouvernement continuera à augmenter impôts et prélèvements, car l’Europe, les déficits et la Crise sont là. Parallèlement, une aile du gouvernement souhaite limiter la hausse des loyers. La crise entraîne des centaines de milliers de gens au chômage et ceux en poste peuvent souvent s’inquiéter pour leur propre sort. Cela n’incite pas à la prise de crédit. D’autant qu’au même moment, les banques sont conduites à réduire leurs crédits pour cause de renforcement de dépôts à mettre en face (contraintes réglementaires pour éviter les risques systémiques) et par peur de situations aggravées pour ceux à qui elle prêtent. D’autre part, à la recherche d’argent, elles peuvent s’inquiéter d’avoir à trouver demain des fonds parfois à court terme pour faire face aux crédits longs terme accordés. C’est ainsi qu’elles réduisent le nombre d’années de remboursement et donc la capacité à emprunter. On va revenir de 30 à 18 ans, voire 15 ans comme cela était le cas par le passé, et non plus 30 ans on envisageait 50 avant la crise ! Elles réduisent aussi le critère d’endettement qui était passé de 25% à 30, puis à plus, alors qu’elle demandent un apport personnel plus important. Dernier risque, mais ce n’est pas encore le cas, la remontée des taux des crédits, notamment si la France voyait sa notation dégradée, mais aussi si une réelle inflation survenait.

4) Que faut-t-il donc faire ? Que préconisez-vous pour le moment à un propriétaire qui souhaite vendre son bien ? Même question pour un particulier qui souhaite acquérir un logement ?

Vendre immédiatement en acceptant une baisse sous le marché si celui-ci semble bloqué. Offrir même une baisse supplémentaire si l’acheteur renonce à emprunter. Il n’y a rien de pire que de devoir tout recommencer, près de deux mois après avoir cru vendre, quand ce dernier s’est vu refuser son crédit. Et les prix peuvent avoir baissés. Bien sûr, on peut se dire que l’on espère une plus value. Ceci n’empêche pas de penser qu’il faudra certainement mieux acheter après l’éclatement de la bulle, surtout si la correction doit être forte. Bien sûr, je parle d’abord pour les investisseurs. Le problème peut-être différent s’il s’agit d’acheter son domicile principal (pour moi, la plus sûre des retraites puisque l’on s’évite une éventuelle future inflation des loyers), de vivre plus confortablement (le conseil s’arrête au choix de vie de nos clients), ou d’arbitrer un bien principal ou locatif pour un autre. Même en cas d’achat plus grand et donc plus cher, le risque ne porte que sur la différence. D’autre part, pour tout ce qui est usage personnel, l’amortissement d’un bien un trop cher payé se fera sur la vie entière puisqu’en cas de vente on reportera le montant sur le nouvel achat. Simple remarque amusante : il est curieux de voir les Français se sentir riches (mais aussi l’État avec son ISF) quand leur appartement, qu’ils ne vendront peut-être jamais, prend de la valeur. On appelle cela l’effet de richesse dont on constate qu’il pousse à la consommation !

Attendre pour acheter, sauf si on a un coup de foudre pour son prochain logement à un prix abordable et si on a la possibilité de faire une très belle affaire en terme de prix pour un investissement locatif. Peut-être plusieurs mois, voire années.

5) Quelles sont les erreurs qu'il ne faut absolument pas commettre ?

Croire que l’immobilier monte toujours, que les arbres montent jusqu’au ciel et qu’il remplit toujours son rôle de valeur refuge. Si la catastrophe que certains gourous prédisent arrive, on aura un locataire qui ne paiera son loyer pendant des années et certainement l’impossibilité de l’expulser.

6) Hormis l'immobilier, existe-t-il une autre planche de salut ? L'or et l'argent par exemple ?

L’Or n’est monté depuis 2008 que par la spéculation. Celle qui fait que des grandes banques, des grandes fortunes, des fonds de pension, etc. stockent de l’Or et des matières premières, y compris alimentaires affamant ainsi des populations, mais aussi, pardon pour vos lecteurs mais il n’y a pas d’autre mot, stockent du PQ. C'est-à-dire qu’ils vendent à découvert des stocks qu’ils n’ont pas. Curieusement, l’Or ne sert pas actuellement de valeur refuge pour les vrais investisseurs, c’est le dollar, voire l’Euro allemand (rémunéré actuellement à zéro%). Le ralentissement en cours fait que bijouterie et industrie auront de moindres besoins. La hausse récente a permis d’aller chercher avec de meilleurs équipements, voire plus profond et des mines rouvrent. Certes la Chine achète, l’Inde aussi. mais d’autres pays ont besoin de vendre et l’Or est ne se perd jamais, d’où les boutiques qui fleurissent pour vous racheter vos bijoux et n'oublions pas les vols. Nous ne sommes pas en pénurie. L’Or monte souvent contre le dollar, mais pas actuellement, d’autant que ce dernier se tient. Non, à mes yeux la seule chose qui fera monter l’Or c’est l’inflation, la vraie, comme entre 2004 et 2008. Contrairement à ce que certains pensent au vu des injections de milliards et milliards- la planche à billets- nous sommes en déflation et donc en désinflation : taux 1,2% d’inflation pour l’Allemagne paru ce mois-ci ! Autre élément : il n’y a pas actuellement de prime sur la pièce d’Or et il faut toujours se rappeler que le lingot valait 120 000F et qu’il est descendu à 60000F, prix auquel il est resté pendant 27 ans. On peut avoir de l’Or, mais il faut savoir qu’acheter aujourd’hui c’est spéculer. L’Or baisse depuis le début de l’année et a perdu environ 16,5% sur ses plus hauts. Quand à l’argent, même réflexion que sur les matières premières.

7) Les petits porteurs doivent-ils définitivement abandonner les placements boursiers ?

Il est difficile ici de donner un conseil à quelqu’un que je n’ai pas vu, surtout s’il a des actions ou des OPCVM actions. Néanmoins, j’ai conseillé à mes clients de vendre avant la correction de l’été 2001, comme je l’avais fait en 2007 et 2008 avant le krach de 2008. La correction n’est pas finie. Mais dans tous les cas, être positionné est un pari et de la spéculation. Quand je ne sais pas, je n’investis pas ou très peu. Se méfier de tous les produits annexes comme les hedge funds, les produits structurés ou à formules prétendument garanties par les banques (quand elle ne savent plus quoi vendre). Et ne pas oublier que la majorité de ceux qui sont sur les marchés sont des spéculateurs et que les cours sont manipulés notamment souvent en fin d’après midi par les grands établissements.

Je n’investis pas non plus directement ou à travers des OPCVM en obligations car historiquement, nous sommes au plus bas des taux (pour les états ou entreprises bien notés). Risques des dettes pour les états, risques de récession pour les entreprises. Et si l’économie repart, l’inflation repart, les taux monteront et les obligations baisseront.

Cool Comment voyez-vous évoluer la situation d'ici la fin de la décennie ?

Dur !Dur ! Il va falloir payer 20/30 ans de vie à crédit, crédit qui favorisait la Finance et l’Immobilier. On a fait croire aux gens que leur Pouvoir d’achat était maintenu en leur permettant d’acquérir immobilier et biens de consommation à crédit. Tout cela générait des emplois. Mais nous sommes au bout du système, il faut corriger. Or, les mesures à prendre vont contre le développement économique. Et puis de nouveaux concurrents d’autres continents sonnent à la porte pour avoir leur part de gâteau, même s’ils connaîtront des corrections (comme actuellement en Inde, Brésil et Chine, cette dernière pouvant vivre une véritable crise de l’immobilier et donc une crise des « subprimes » et des banques).

***

Réponse de Michel Drac

"Les constats sont justes, et la recommandation est judicieuse dans un scénario de poursuite du trend déflationnaire. Mais j'aurais un complément important à apporter : rien ne dit que ce trend va perdurer. La déflation enclenche un processus si mortifère que, historiquement, les pouvoirs finissent toujours d'en sortir par l'inflation - et s'ils ne le font pas, l'Histoire s'en charge pour eux. Si la zone euro explose, cela pourrait aller très vite en France. En ce sens, le conseil de monsieur Rondeau, "restez liquide en temps de crise", parfaitement valable aujourd'hui, peut devenir mortel du jour au lendemain. A chacun de doser ses risques ! L'idéal est de rester liquide pour acheter de l'immo la veille du jour où l'on bascule de la déflation dans l'inflation... mais gare à ceux qui resteront liquide un jour de trop ! Souvenons-nous de l'Argentine...

Pour ma part, je reste du même avis que notre ami Piero San Giorgio : la seule valeur sûre aujourd'hui, c'est la valeur d'usage. Rien ne vaut, donc, une BAD. Pas de meilleur placement à mon avis. Et tant pis si cela implique d'acheter de l'immobilier qui peut baisser à court terme - acheter à la campagne, évidemment, où les prix sont en train de devenir vraiment très intéressants, surtout pas à Paris ou dans les grandes agglomérations. De toute façon, il ne s'agit pas d'acheter pour revendre, mais de garder un bien sur le long terme, de le mettre en valeur et d'avoir les moyens de son autonomie, dans un système où plus rien de sûr n'existera.

Et s'il en reste un peu ? Eh bien, contrairement à monsieur Rondeau, je dirais, là encore comme Piero, l'or et l'argent. Il est exact qu'il n'y a pas de pénurie aujourd'hui. Mais il ne reste dans le sol qu'une petite dizaine d'années de réserves d'argent, et deux décennies d'or. Pas plus. Alors, la pénurie, elle viendra. Pas tout de suite. Mais elle viendra. Pour du long terme, les métaux, ça me paraît bien. Et quoi qu'on en dise, cela vaudra toujours quelque chose.

En résumé, je comprends parfaitement les conseils de monsieur Rondeau. Dans une perspective classique de conseil en patrimoine à l'instant T, ils sont judicieux. Si le système tient le choc et assume une longue période de déflation, c'est même la bonne stratégie à long terme.

Et pourtant, je ne suivrai pas ses conseils. Parce qu'il me paraît trop incertain de parier sur "le système tient le choc". Peut-être. Peut-être pas.

Une BAD. De l'eau. De la terre. Une autonomie énergétique, les moyens de se passer à peu près complètement du système. Et un peu d'or et d'argent pour acheter demain, si l'ordre monétaire explose. Pas de meilleur placement pour moi. Il est possible que cela me fasse acheter de l'immo un peu trop tôt. Exact. Mais je préfère la certitude d'acheter un peu trop tôt, au risque de garder du liquide un peu trop longtemps."


Les avis sont partagés..... sur l'avenir bah
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Lun 3 Sep 2012 - 10:07

Citation :
Jean-Pierre Rondeau, PDG de MEGARA Finance, conseil en gestion de patrimoine indépendant (CGPI), conseil en « Family office » et conseil en finances d’entreprises et tutelles.Ses statuts : conseil en investissement financier (CIF), démarchage financier, intermédiaire en opérations de banque et services de paiement (IOBSP), courtier en assurance et titulaire de la carte professionnelle en matière de transactions sur immeubles et fonds de commerce.

Il bénéficie en outre de la compétence juridique appropriée (CJA) qu’il exerce au titre accessoire de son métier de CGPI. Jean-Pierre Rondeau a occupé et assure toujours de nombreuses responsabilités en matière financière. Il a été vice major du diplôme national de Master en Gestion de Patrimoine d’Aix-Marseille III en 2004.

Cet homme-la, il a surement des cartes de visite format A3... DéjaDehors
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Lun 3 Sep 2012 - 10:24

Passe la reflexion stupide inspiree par les premieres lignes de l'article, (on ne se refait pas a cinquante ans...) La lecture de l'article est tres interessante, la partie de la fin en rouge particulierement... Mais qu'est-ce donc qu'un (une ?) BAD ???

J'ai de gros problemes avec les abbreviations.... BALP (bon appetit les potes)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Lun 3 Sep 2012 - 10:35

Je suis depuis quelques années les conférences et interventions de Michel Drac, elles sont en général, très pertinentes, ses visions paraitront probablement très sombres pour beaucoup.... je les trouve pour ma part assez réalistes.... question de point de vue...

Je ne me souviens plus exactement de la signification de l'acronyme, c'est en fait l'idée d'avoir "une base de repli " permettant la plus grande autonomie possible... ce qu'il décrit après l'abréviation

Fais un tour sur http://www.scriptoblog.com/ il y a pas mal d'articles et de vidéos intéressantes sur ces sujets clin doeil

Potes Biere
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Mar 4 Sep 2012 - 14:29

Il va finir par se le faire le ptit con.....

Revenir en haut Aller en bas
Asca




MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Mar 4 Sep 2012 - 20:56

C'est pathétique ... dommage


Envie de connaitre Goldmann Sucks Discret

http://www.arte.tv/fr/Goldman-Sachs--le-supermarche-de-la-finance/6892050.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Mer 5 Sep 2012 - 6:38

Asca a écrit:
C'est pathétique ... dommage

D'autant plus pathétique, que le même jour face à Jacques Sapir qui conforte exactement ce que dit Olivier depuis des mois, le petit con, là fait le canard... Discret

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Jeu 6 Sep 2012 - 8:17

Immobilier : 5 000 suppressions de postes en 2012
Source Réalinfos


En raison d’une forte chute des ventes de logements anciens, les agences immobilières devraient supprimer 5 000 postes cette année. Ce sont principalement les petites agences et les agents commerciaux qui devraient être touchés.


Le secteur des agences immobilières devrait supprimer 5 000 emplois en France au cours de l’année 2012, en raison de la baisse de 20% des transactions de logements anciens, selon les professionnels. Déjà 350 cessations d’activités d’agences ont eu lieu au cours du premier semestre, soit une augmentation de 15% par rapport aux six premiers mois de 2011, indique la Fnaim. Il existe environ 35 000 agences en France qui emploient au total 200 000 personnes sans compter les 50 000 agents commerciaux qui ne sont pas des salariés et sont payés principalement à la commission. « Les agents commerciaux servent de variable d’ajustement et sont totalement invisibles dans les statistiques de pertes d’emploi », indique Henry Buzy-Cazaux, président de l’Institut du management des services immobiliers (Imsi).



« Les petites agences souffrent le plus »
Pour Frédéric Monssu, directeur général du groupe Guy Hoquet, « ce sont les petites agences indépendantes qui souffrent le plus ». Ce réseau de 486 franchisés a en effet enregistré, au cours du premier semestre, une baisse de seulement 8% de son chiffre d’affaires pour une diminution de 5% de son nombre de transactions par rapport à la période faste du premier semestre 2012. Le solde net d’agences ouvertes (22) et fermées (29) s’élève à -7. Même constat chez Century 21 (900 agences) avec un recul du nombre de transactions de 11% pendant les sept premiers mois de 2011 par rapport à la même période.

Pratiquement pas de baisse des prix
Pour autant, les prix de ventes n’enregistrent pratiquement pas de baisse car la pénurie d’habitations persiste. « Les particuliers qui vendent ne veulent pas, sauf exception, baisser leurs prix », explique Frédéric Monssu. Mais « cela commence à bouger depuis le début du mois d’août », ajoute-t-il. Ainsi les prix enregistrés chez Guy Hoquet sont stables à Paris mais accusent une baisse de 2,5% à 5% dans les grandes agglomérations et de 5% à 10% dans les villes de moins de 20 000 habitants. Pour réagir à la morosité du marché, les réseaux d’agences s’organisent.
« Si nous ne vendons pas le bien en 3 mois, nous baissons nos honoraires (4,3% du prix de vente en moyenne) de 10% tous les mois. De plus, si le prix de vente final est supérieur à 10% de l’estimation, nous faisons cadeau d’une partie de notre commission », indique Frédéric Monssu. Laurent Vimont, président de Century 21, indique de son côté qu’il déploie « un vaste plan de formation portant, entre autres, sur les méthodes d’estimation du prix d’un logement afin que celui-ci se vende rapidement et de façon satisfaisante tant pour le vendeur que pour l’acquéreur ». « Malgré cela, il n’y a aucune raison que l’année 2013 soit meilleure que 2012 », affirme Frédéric Monssu.

RMC
Revenir en haut Aller en bas
Asca




MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Jeu 6 Sep 2012 - 9:15

Bob a écrit:
Asca a écrit:
C'est pathétique ... dommage

D'autant plus pathétique, que le même jour face à Jacques Sapir qui conforte exactement ce que dit Olivier depuis des mois, le petit con, là fait le canard... Discret


Sapir fait moins dans le "faut arreter de croire au père noel" , pas langue de bois mais .... Siffle
Revenir en haut Aller en bas
Asca




MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Dim 9 Sep 2012 - 15:49

Italie: en 2013 pas plus de 50 euros pour les paiements en espèces

http://www2.lastampa.it/
via
http://echelledejacob.blogspot.fr/

09 septembre 2012



Rome - Le gouvernement limite les transactions en espèces, en Italie.

Le Conseil des Ministres a décidé aujourd'hui, que les citoyens ne pourrons plus payer des montants supérieurs à 50 euros, hormis par carte de crédit ou de débit, à partir de 2013.

La mesure vise à combattre le blanchiment d'argent et réprimer le travail au noir. Depuis Juillet, le gouvernement a déjà interdit les transactions en espèces de plus de 1000 euros.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Dim 9 Sep 2012 - 15:58

C'est completement debile...

Imaginons que je travaille au noir pour l'un de vous, qui me remunere mettons 500 €. Deja, je refuse les billets superieurs a 50 €, puisqu'ils n'ont plus de cours officiel... En suite, je decide de faire le plein de ma SL pour me faire une bonne viree, puisque j'ai bien travaille. Le plein me coute environ 100 €. Je fais donc deux stations au lieu d'une et basta... Et il en va de la meme maniere pour toute transaction...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Dim 9 Sep 2012 - 16:55

Je rebondis sur ce que je viens d'ecrire... Il est evident que les dirigeants italiens ne sont pas plus stupides que moi, qu'ils ont evidemment prevu ce que j'ai ecrit... A partir de la, le blanchiment ( MDR ) et le travail au noir deviennent deux fausses barbes pour justifier la mesure au pequin de base...

Mais dans quel but ? Quelqu'un pourrait-il me l'expliquer ?
Revenir en haut Aller en bas
Asca




MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Dim 9 Sep 2012 - 17:06

mimile a écrit:
Mais dans quel but ? Quelqu'un pourrait-il me l'expliquer ?

Le contrôle des flux monétaires, traçabilité des achats des peuples, en supprimant la monnaie peu à peu, avec comme toujours, des "prétextes honorables".

A mon avis ... Discret
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Dim 9 Sep 2012 - 18:24

Asca a écrit:
mimile a écrit:
Mais dans quel but ? Quelqu'un pourrait-il me l'expliquer ?

Le contrôle des flux monétaires, traçabilité des achats des peuples, en supprimant la monnaie peu à peu, avec comme toujours, des "prétextes honorables".

A mon avis ... Discret

Ouais... Pas convaincu, il doit y avoir autre chose de plus evident... De plus, echappent a leur loi toutes les transactions de materiel d'occasion entre particuliers, je ne vois toujours pas le but poursuivi...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Dim 9 Sep 2012 - 20:11

Coucou Salut Mimile

Asca a raison, le désir des banquiers... dématérialiser totalement la monnaie... C'est d'ailleurs le cas dans touts les films où les romans d'anticipation... depuis très longtemps

C'est prêt depuis longtemps, regarde au dos de ta CB... Il y a le petit sigle monéo.. le porte monnaie électronique cmalade

Imagine sur chaque achat, même le plus minime.. la Banque va pouvoir prélever sa dîme, son petit %.... 0.1 % de tous les achats d'une journée, ça se chiffre en millions où en milliards ?!? Rolling Eyes scratch

Ceci dit ce n'est peut-être pas une mauvaise nouvelle... ça favorisera également le troc et les échanges en général Niqué

Potes Trinkaf
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Dim 9 Sep 2012 - 20:57

Que se passerait-il si nous decidions de repudier europe et france et de battre notre propre monnaie.. ? Rire
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Dim 9 Sep 2012 - 21:30

Il y a pas mal de monnaies locales qui circulent ici et là, à une époque il y a eu la mode des SEL ( Systèmes d’Echange Locaux ) Voir : ICI Ça semble un peu en perte de vitesse, mais ça peut revenir clin doeil

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Dim 9 Sep 2012 - 21:37

Et bien si on retire l'économie "noire" aux Italiens, je vois mal comment ils vont pouvoir s'en sortir.

Chaud
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    Mer 12 Sep 2012 - 13:51

Cette semaine je ne vais pas vous poster le chocolat du Mardi... c'est chaque semaine la même chose ou presque c'en est désespérant Mur

Cette semaine je poste cette vidéo, prenez le temps de l'écouter pour savoir comment les loups voient les moutons...
Intéressant cmalade



Potes Biere
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La petite rubrique économique de Bob    

Revenir en haut Aller en bas
 
La petite rubrique économique de Bob
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Petite recherche
» Le pan de la petite maison au fond du jardin...
» Petite aile de baston
» [ANG] La chute du modèle économique des clubs anglais ?
» Petite araignée dans le compteur digital

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Mercedes :: Général :: INFOS - NEWS - NOUVELLES-
Sauter vers: