Univers Mercedes
Le 5 Mai 2013

Bonjour,

Ce forum est fermé. L'aventure Mercedes-Benz s'arrête ici.

Un énorme MERCI à tous les membres qui y ont participé, pour leur temps passé et leur générosité, ce lieu est désormais une source d'infos consultables à tout moment, espérant que cette source de savoir répondra à vos questions ou à votre problème.

Cordialement,

Asca.


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Forum Univers-Mercedes est fermé. Il restera accessible en ligne pour le consulter en visiteur.

Partagez | 
 

 [Historique] La Mercedes CLK-GTR (Sport prototypes) 1997-1999

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [Historique] La Mercedes CLK-GTR (Sport prototypes) 1997-1999   Sam 7 Mai 2011 - 12:18

La Mercedes CLK-GTR (Sport prototypes) 1997-1999
Source : endurance-info.com





Les débuts

En 1994, Jürgen Barth, Patrick Peter et Stéphane Ratel créent le BPR. Après la scission fin 1996 du trio Barth-Peter-Ratel, la FIA lance en 1997 le FIA-GT les hommes de base que sont Jürgen Barth (ancien responsable service compétition client Porsche) et Stéphane Ratel (ancien pilote Venturi et responsable marketing) peuvent compter sur l’appui de grand constructeur comme Porsche, Mercedes et BMW via McLaren. Tout ce petit monde se donne rendez-vous le 13 avril à Hockenheim pour un championnat qui 10 saisons plus tard existe encore, ce qui relève presque d’un exploit à notre époque. Le championnat va connaître des débuts fastes avec 45 voitures lors de la toute première épreuve disputée à Hockenheim. Silverstone, Helsinki, le Nürburgring, Spa, le A1-Ring, Suzuka, Donington, le Mugello, Sebring et Laguna Seca suivront pour cette première année d’existence faite de courses de 4h ou 1000km pour l’épreuve japonaise prévue au calendrier.

En 1997 : Des débuts en fanfares !

Du BPR, il reste Porsche et sa GT1 qui avait fait son apparition lors des trois dernières manches de la saison 1996. Cette version est vendue aux clients, au nombre de cinq pour l’ouverture du championnat en terres allemandes. Le Roock Racing, le JB Racing, Schübel, Kremer et la BMS Scuderia vont vite déchanter lorsque apparaît la « GT1-Evo » réservée à l’équipe officielle. En raison des résultats décrochés l’année précédente, Porsche doit toutefois faire face à des brides plus petites, imposées par la FIA. De son coté, McLaren a profité de l’hiver pour revisiter et rallonger sa F1-GTR. Deux seront disponibles pour le team officiel Schnitzer Motorsport, trois pour le Gulf Racing et une pour Parabolica Motorsport. La catégorie reine reçoit le renfort de trois Lotus officielles et des Panoz Esperante, bientôt nommées Batmobile, engagées par David Price d’un coté, Dams de l’autre. Mais la nouvelle tonitruante de cette intersaison, c’est l’arrivée de Mercedes qui voit dans le FIA-GT une bonne occasion de replacer ses pilotes issus du DTM via trois CLK-GTR.


Le coup d’envoi du FIA-GT est donc donné à Hockenheim le week-end du 13 avril 1997, soit une semaine après la date initialement annoncée. Les CLK-GTR sont ultra rapides, c’est une évidence, mais la firme à l’étoile va laisser trois courses à ses adversaires, trois courses qui ne sont que pure illusion pour le Team BMW Motorsport qui s’impose à trois reprises grâce à Letho/Soper (Hockenheim et Helsinki) et Kox/Ravaglia (Silverstone). Malgré les poles positions de Schneider lors des deux premiers meetings, les Mercedes ne tiennent pas la distance en Allemagne (cinq tours de bouclés pour la n°11 (freins), abandon au bout de 2h pour la n°10 (démarreur) tandis qu’à Silverstone c’est un drapeau rouge qui prive les hommes de Norbert Haug de leur première victoire.

A Helsinki, après avoir réalisé la pole devant son public, Letho monte sur la plus haute marche du podium en compagnie de Soper, profitant de la transmission cassée de la voiture sœur à dix tours du drapeau à damiers. Avec des brides légèrement revues à la hausse, de manière insuffisante selon Porsche, Kelleners et Ortelli permettent à la firme allemande de sauver les meubles dans un début de saison catastrophique. Sur la GT1 du Roock Racing, le duo germano-monégasque se hisse au deuxième rang.

Pendant que les autres teams passent par la case Le Mans, Mercedes re-travaille sa CLK-GTR de fond en comble avec des tests sur différents tracés européens. Avec une auto de plus qui apparaît, non seulement l’équipe décroche son premier succès, mais il réalise le doublé. Spa marque la dernière victoire d’une voiture non Mercedes avant la saison 2000 ! Sous la pluie des Ardennes belges, JJ Letho creuse un écart rédhibitoire pour Bernd Schneider dont la remontée coïncide avec le retour du soleil. Le drapeau à damiers arrive trop tôt et Letho/Soper sont déclarés vainqueurs pour la troisième fois en cinq course.


C’est le début de la fin pour les McLaren à moteur BMW. Les CLK-GTR prennent leur envol sur l’A1-Ring où elles réalisent le doublé. Quatre autres suivront, à Suzuka, Donington, au Mugello et à Sebring.



Pour sa première année d’existence, le FIA-GT part en effet à la conquête de l’Amérique en fin de saison avec deux rendez-vous au programme, sous le sunlight états-unien. En Floride donc, puis une semaine plus tard en Californie sur le tracé de Laguna Seca.
Au volant d’une Porsche qui semble enfin trouver un peu de performance, Allan McNish découvre le GT… et le monde du GT découvre l’écossais volant dont le style de pilotage semble parfaitement convenir à la GT1. Il fait des étincelles sur le tracé de Monterey. Même Mercedes n’y résiste pas ! McNish tiendra jusqu’à son premier ravitaillement, durant lequel les mécanos connaissent un léger problème. Porsche AG a laissé passer sa chance mais décroche tout de même le meilleur résultat de sa saison avec les deuxième et troisième places pour Wollek/Dalmas et McNish/Kelleners.

Du fait de ses abandons en début de championnat, Mercedes n’a pas encore le titre dans sa poche. Ce sera chose faite lorsque Ravaglia, leader, s’accroche avec une autre McLaren. Schneider et Ludwig sautent sur l’opportunité pour s’imposer. Schneider, qui a plusieurs fois changé de coéquipier en cours de saison décroche la timbale, de même que AMG au niveau des Equipes.

En 1998 : Le grand chelem de Mercedes!

Porsche a moyennement goûté à sa saison 1997 de disette et a tiré les conséquences de la conception de sa GT1 sur une coque en acier. En décembre, la firme allemande se décide et lance la réalisation de son premier châssis carbone afin de concevoir une nouvelle auto dans l’esprit de la Mercedes CLK. L’usine ayant fait fabriquer quelques pièces de cette technique l’année précédente par Zakspeed, elle se tourne logiquement vers cette équipe pour aligner les deux GT1 privées requises par le règlement. Si Nissan, déjà présent aux 24 Heures du Mans 1997 avec la R390, poursuit son programme, et Toyota dévoile sa GT1, ces constructeurs Nippons se s’engagent pas en FIA-GT.

Ainsi, lors de l’ouverture du championnat à Oschersleben, il n’y a plus que 10 GT1, soit la moitié qu’en 1997. A quelques exceptions près (Larbre Compétition à Dijon), les GT1 de première génération ont déserté. Lotus n’est plus là, une Panoz et une seule McLaren ont survécu tandis que Mercedes s’annonce comme un véritable épouvantail, avec la mise en piste dès juin de la CLK-LM équipée d’un V8 en remplacement de la CLK-GTR et de son V12. En GT2, 11 Porsche sont au départ, un nombre toutefois insuffisant pour lutter face aux quatre Viper alignées par Oreca et Charmberlain. L’unique Marcos présente doit se sentir bien seule.

La démonstration Mercedes débute dès le premier week-end en Allemagne avec un cinglant triplé de la firme étoilé ! Ludwig et Zonta devancent les duo Gounon-Tiemann et Schneider-Webber. Zakspeed sauve Porsche d’un zéro pointé grâce à Sandy grau et Andreas Scheld qui terminent au pied du podium. Panoz se hisse au 5ème rang mais à sept tours des leaders, et la première GT2 est 6ème. Oreca réalise un premier doublé de Olivier Beretta et Pedro Lamy. Déjà, les Viper préparées à Signes semblent intouchables.

Deuxième meeting de la saison, Silverstone fait déjà office de dernier galop d’essais avant les 24 Heures du Mans. L’épreuve anglaise réserve son lot de surprise avec une première ligne inédite composée de la Porsche GT1 d’Allan McNish et de la Panoz alignée par DAMS pour Eric Bernard et David Brabham. Ce sera malheureusement insuffisant pour priver Mercedes d’un deuxième succès. Associé à Dalmas, l’écossais termine sur la 2ème marche du podium tandis que l’Esperante se classe 3ème. Schneider et Weber signent la première de leur cinq victoires en cette saison 1997 mais AMG rate en revanche le doublé, chose qui se reproduira seulement à deux reprises (Dijon et Miami-Homestead).

Les 24 Heures du Mans, l'énorme ratage

Après le fiasco du Mans, Mercedes retrouve sa patrie pour les débuts de la CLK-LM en FIA-GT. Notons que le team Persson doit se contenter des CLK-GTR. Norbert Haug peut retrouver le sourire. Si la surprenante Panoz atteint une nouvelle fois le podium, Schneider-Webber et Ludwig-Zonta offrent le doublé à la marque de Stuttgart qui réédite cette performance à Budapest, Suzuka, Donington, sur le A1-Ring et Laguna Seca !

En GT2, l’histoire est un éternel recommencement avec des victoires Oreca sur tous les circuits sauf à Budapest, théâtre de la 5ème manche du championnat. En Hongrie, Porsche et Marcos profitent de brides plus larges pour briller. Sur une des deux voitures du Roock Racing, Maassen et Eichmann s’imposent tandis que la LM600 de Euser-Becker se hisse au 3ème rang. Beretta et Lamy s’intercalent à la 2ème place. Avec huit victoires et deux deuxièmes places en dix courses (!), le duo monégasquo-portugais est logiquement sacré champion chez les Pilotes, tout comme Oreca au niveau Equipes, l’équipe varoise n’ayant laissé échapper qu’une épreuve.

Il faut aller chercher un peu de suspens en GT1 sur les courses de Dijon et Miami. En France, jour de la finale de Coupe du Monde de Foot, l’Esperante de Bernard-Brabham décroche sa troisième et dernière troisième place de la saison. Dalmas et McNish confirment un léger regain de forme de la Porsche GT1. D’ailleurs, le français et l’écossais ne quitteront plus le podium jusqu’à la fin de saison sans toutefois parvenir à remporter la moindre victoire. En Floride, leurs coéquipiers, Alzen et Muller s’invitent à la fête et obtiennent une belle place de dauphin.

Klaus Ludwig et Ricardo Zonta décrochent leur 5ème succès, autant que les pilotes de la CLK sœur, Bernd Schneider et Marc Webber. Le champion en titre perd son trophée après une sortie de l’Australien à Dijon et une mauvaise course sous la pluie de Miami. Ludwig, qui prend sa retraite, et Zonta sont donc sacrés, pour huit points. Dalmas et McNish permettent à Porsche de sauver ce qui peut l’être au championnat en terminant au 3ème rang. Heureusement pour l’Usine, Allan McNish, Stéphane Ortelli et Laurent Aiello ont remporté la course la plus importante de l’année, les 24 Heures du Mans.

Le premier cycle du FIA-GT prend fin le 25 octobre à Laguna Seca. Porsche oriente désormais son programme compétition vers la future GT3 type 996, tandis que Panoz accentue son investissement au Mans avec la création d’un proto ouvert. En conséquence, Mercedes se retire et comme les autres constructeurs que sont BMW, Nissan ou Toyota, la firme à l’étoile s’investit pleinement dans l'espoir de remporter les 24 heures du Mans 1999 Le FIA-GT modifie ses règlements : les voitures répondant à la réglementation GT2 évolueront désormais en GTS.

La suite de l'histoire : La CLR 1999 Voir : ICI
La CLK GTR Steet Version Voir : ICI



Dernière édition par Bob le Mar 22 Nov 2011 - 16:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Historique] La Mercedes CLK-GTR (Sport prototypes) 1997-1999   Lun 13 Juin 2011 - 14:27

Mercedes-Benz CLK-LM


































Le moteur GT 112 V12 de 5986 cm3 de la bête
600 ch à 7000 t/min et un couple de 700 Nm dès 3900 tours pour un poids 230 kg.

Les CLK-GTR Street Version recevaient un V12 6,9 litres différent off course.



Dernière édition par Bob le Mer 21 Déc 2011 - 17:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Asca




MessageSujet: Re: [Historique] La Mercedes CLK-GTR (Sport prototypes) 1997-1999   Lun 13 Juin 2011 - 16:40

Bob a écrit:
Les CLK-GTR Street Version recevaient un V12 6,9 litres différent off course. Rire

Question de fiabilité j'imagine, mais ça doit rouler vite quand même
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Historique] La Mercedes CLK-GTR (Sport prototypes) 1997-1999   Lun 13 Juin 2011 - 16:54

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Historique] La Mercedes CLK-GTR (Sport prototypes) 1997-1999   Jeu 11 Aoû 2011 - 9:59

Elle n'a pas volée dans le ciel, au moins.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Historique] La Mercedes CLK-GTR (Sport prototypes) 1997-1999   Jeu 11 Aoû 2011 - 17:57

Ce n'est pas pas la CLK-GTR qui s'est envolée au Mans mais la CLR 1999

Voir : ICI
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: [Historique] La Mercedes CLK-GTR (Sport prototypes) 1997-199   Jeu 11 Aoû 2011 - 19:22

Oui .

C'est pour ça que je souligne ce point positif.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Historique] La Mercedes CLK-GTR (Sport prototypes) 1997-1999   Mar 22 Nov 2011 - 16:19

Deux vidéos très sympa retraçant la génère et la réalisation du projet CLK-GTR


C'est en allemand, mais ça vaut le coup d’œil clin doeil



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Historique] La Mercedes CLK-GTR (Sport prototypes) 1997-1999   Mer 22 Fév 2012 - 10:18















Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Historique] La Mercedes CLK-GTR (Sport prototypes) 1997-1999   Mer 13 Juin 2012 - 13:12

Suite au Kesaco de Riton Voir : ICI




Sur cet éclaté ont distingue deux leviers de vitesse ... Loupe



Alors que la version normale n'en comporte qu'un Preuve



La raison en est la suivante :

C'est une CLK GTR spécialement aménagée pour le pilote Alessandro Nanini.
Ce dernier lors d'un accident d’hélicoptère et eu un bras sectionné.
Mercedes a fabriqué spécialement pour lui une double commande de boite de vitesse.
Un levier pour monter les vitesses et un levier pour les descendre.


Alessandro Nannini


En 1990, l'équipe Benetton est renforcée par la présence du triple champion du monde Nelson Piquet, le leader technique que n'est pas Nannini. Mis en difficulté lors de la première moitié de saison, Nannini prend progressivement l'ascendant sur Piquet et monte à plusieurs reprises sur le podium. Cela lui vaut d'être convoité sur le marché des transferts, et notamment par le Scuderia Ferrari, qui cherche un remplaçant à Nigel Mansell. Mais les négociations échouent et Nannini accepte finalement de prolonger son contrat chez Benetton. C'est donc assuré de son avenir sportif que Nannini aborde les dernières épreuves du championnat du monde 1990, et notamment le GP du Japon, où il compte bien rééditer sa performance de l'année précédente. Avant de prendre la direction du Japon, Nannini décide de rendre visite à ses parents en hélicoptère. C'est au moment de l'atterrissage dans le jardin de la propriété familiale que le drame se joue : déséquilibré, l'hélicoptère du pilote italien rebondit une première fois sur le sol avant de se crasher. Dans l'accident, le rotor de l'hélicoptère sectionne le bras droit de Nannini à hauteur du coude. Après plusieurs heures d'intervention chirurgicale, les médecins parviennent à regreffer à Nannini son bras amputé. Au terme d'une longue convalescence, il parvient à retrouver un usage satisfaisant de son bras, mais le manque de force de sa main droite (notamment dans l'action consistant à serrer un objet) lui interdit un retour à la Formule 1, et cela malgré la généralisation progressive des boites de vitesse semi-automatique, avec passage des vitesses au volant.
L'après-F1

Fin 1991, il effectue pourtant son retour derrière un volant, en essayant une Ferrari F1 spécialement équipée pour lui. Cet essai annonce un retour à la compétition pour la saison 1992, où il est engagé par Alfa Romeo pour disputer le championnat d'Italie de voiture de tourisme. Au terme d'une première saison qui le voit renouer avec la victoire, il passe en 1993 (toujours avec Alfa) dans le prestigieux championnat allemand DTM. Nannini y restera pendant 4 saisons, accumulant les victoires, mais sans jamais parvenir à décrocher le titre, en raison d'un certain manque de régularité. Puis, en 1997, il est engagé par Mercedes pour disputer le championnat FIA GT. En compagnie de son équipier Marcel Tiemann (les courses de GT se disputent par équipage de deux), il termine à la troisième place du championnat, avant d'annoncer sa retraite sportive.


Alessandro Nannini Source : wikipedia.org


Merci Riton clin doeil

Potes Biere
Revenir en haut Aller en bas
Asca




MessageSujet: Re: [Historique] La Mercedes CLK-GTR (Sport prototypes) 1997-1999   Mer 13 Juin 2012 - 17:40

Alors ça c'est un truc de fou Etonné Etonné Etonné
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Historique] La Mercedes CLK-GTR (Sport prototypes) 1997-1999   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Historique] La Mercedes CLK-GTR (Sport prototypes) 1997-1999
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Mercedes :: L'Histoire Mercedes-Benz :: Le Sport et Mercedes-Benz-
Sauter vers: