Univers Mercedes
Le 5 Mai 2013

Bonjour,

Ce forum est fermé. L'aventure Mercedes-Benz s'arrête ici.

Un énorme MERCI à tous les membres qui y ont participé, pour leur temps passé et leur générosité, ce lieu est désormais une source d'infos consultables à tout moment, espérant que cette source de savoir répondra à vos questions ou à votre problème.

Cordialement,

Asca.


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Forum Univers-Mercedes est fermé. Il restera accessible en ligne pour le consulter en visiteur.

Partagez | 
 

 Mercedes à Indianapolis 1994

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Mercedes à Indianapolis 1994   Mer 26 Jan 2011 - 12:10

Le tonitruant retour de Mercedes à Indianapolis
Source : forums.motorlegend.com







Al Unser Jr au volant de la Penske PC23/94-Mercedes Benz 1994

1994, Al Unser Jr. offre une deuxième victoire à Mercedes
Exploitant une faille du règlement, autorisant une cylindrée et une pression de turbo supérieure, et donc plus de puissance, aux moteurs basés sur un modèle de production (stock-block engine) et culbutés (OHV ou "pushrod engine"), Ilmor Engineering a mis au point spécialement pour Indianapolis un fabuleux et très controversé moteur Mercedes V8 turbo compressé développant 970 hp ! (en 1993 Daimler-Benz a racheté à Chevrolet 25 % des parts d'Ilmor).


L'omnipotent Roger Penske, avec l'appui financier de la cigarettier Phillip Morris, construit trois voitures. Deux sont confiées aux mains expertes du Brésilien Emerson Fittipaldi (10 participations, 2 victoires en 1989 et 1993 sur Penske-Chevy) et de l'américain Al Unser Jr. (11 participations, 1 victoire en 1992), la troisième est attribuée au canadien Paul Tracy (2 participations). C'est donc une "dream team" qui s'aligne pour les essais de cette 78e édition de "l'Indy 500" !



Paul Tracy PC23/94-Mercedes Benz 1994

Les Penske-Mercedes vont survoler les débats... Al Unser Jr. place pour la première fois un moteur Mercedes en "pole position" à Indianapolis... Emerson Fittipaldi réalise le troisième temps et permet à l'écurie d'occuper deux des trois positions de la première ligne... seul Paul Tracy rate ses qualifications ne réalisant que le 25e temps. Dès le départ, Al Unser Jr. s'installe en tête, talonné par Fittipaldi... Au 24e tour, "Emmo" prends la première place jusqu'au 61e tour où un "rookie" profite du premier ravitaillement sous "drapeau vert" pour faire deux tours en tête : Jacques Villeneuve... Tout rentre dans l'ordre au 64e tour et Fittipaldi mène la course, suivi comme son ombre par Unser Jr., jusqu'au 124e tour où, devinez quoi, Villeneuve repasse en tête cette fois-ci pour 5 tours... "tabernacle" !

Pendant ce temps là, Paul Tracy abandonne au 92e tour sur rupture de turbo... Il est classé 23e. Au 130e tour, Fittipaldi a récupéré "son bien" talonné par Unser Jr. et s'engage alors une bataille féroce entre les deux hommes : 134e tour Unser Jr. prends la tête, repris par "Emmo" au 139e, repris par Al au 165e, de nouveau dépassé par le Brésilien au 169e... jusqu'au 184e tour où malheureusement il tape le mur dans le virage 4, traçant une voie royale à Al Unser Jr. qui décroche là sa deuxième victoire, effectuant les 200 tours à 160.872 mph (258,843 km/h) de moyenne.

Emerson Fittipaldi aurait pu entrer dans le petit cercle des pilotes ayant remporté trois fois les 500 miles... Classé 17e, il a effectué 145 tours en tête contre 48 seulement pour Al Unser Jr. Il manque 7 tours pour faire 200 me direz-vous... eh bien c'est Jacques Villeneuve qui les réalise s'octroyant également la deuxième place, seul pilote dans le même tour à 8"6 du vainqueur... belle performance pour sa première participation....

Al Unser Jr. offre donc une deuxième victoire à Mercedes, 79 ans après Ralph DePalma... encore un record pour "l'étoile" !


Al Unser Jr. PC23/94-Mercedes Benz 1994



Al Unser Jr. PC24/95 Mercedes Benz 1995


Emerson Fittipaldi PC24/95 Mercedes Benz 1995

1995, Le faux pas de Penske...
Dans les jours suivants l'édition de 1994, les organisateurs modifient le règlement et le fabuleux moteur est remisé au placard.... C'est donc sept voitures équipées d'un moteur Mercedes plus "conventionnel" qui sont engagées :
- Deux Penske-Mercedes, engagées par Roger Penske et pilotées bien sûr par Al Unser Jr. et Emerson Fittipaldi ;
- Trois Lola-Mercedes, engagées par trois écuries différentes : Miller Genuine Draft, pilote Bobby Rahal ; Duracell Charger, pilote Raul Boesel ; et Tecate Beer/Quaker State/Galles, pilote Adrian Fernandez ;
- Deux Reynard-Mercedes, l'une engagée par Upper Deck/General Components, pilote Roberto Guerrero et l'autre par Pennzoil Special/Hall Racing, pilote Gil de Ferran.


Bobby Rahal, 3e Lola T95/00-Mercedes Benz 1995


Roberto Guerrero, 12e Reynard 94I-Mercedes Benz 1995


Raul Boesel, 20e Lola T95/00-Mercedes Benz 1995

Les "Mercedes powered" devront affronter la meute des Ford avec pas moins de 23 voitures, aux châssis Lola ou Reynard, équipées du moteur Cosworth XB. Le plateau est complété par trois moteurs Menard TC sur châssis Lola, et le "petit nouveau" Honda avec deux châssis Reynard.
À la fin des qualifications un "séisme" ébranle le monde de l'Indy Car : Al Unser Jr., qui défends son titre et Emerson Fittipaldi ne sont pas qualifiés !
La puissante et plus titrée écurie Penske, créée en 1966, n'alignera pas une seule voiture au départ de "l'Indy 500" depuis 1971 ! (Un journal titrera : "Shockwaves through the racing community!")...


Adrian Fernandez, 21e Lola T9500-Mercedes Benz 1995


Gil de ferran, éliminé lors de l'accident, classé 29e Reynard 95I-Mercedes Benz 1995

Ce sont donc les "petites" écuries qui vont devoir faire briller "l'étoile". Mais les performances ne sont pas au rendez-vous et les Mercedes ne réalisent que les 13e, 19e, 21e, 22e et 25e temps... Les deux premiers temps sont réalisés par les moteurs Menard V6 et le troisième temps par le surprenant moteur Honda... derrière on trouve huit Ford... La course ne se déroulera pas beaucoup mieux... Dès le départ, un terrible "crash" dans le virage 1 élimine Stan Fox, Eddie Cheever, Carlos Guerrero, Lyn St. James et Gil de Ferran pilote de la Reynard-Mercedes n°8, il est classé 29e...

À la faveur des ravitaillements, Bobby Rahal, Lola-Mercedes n°9 mène le 121e tour, puis Raul Boesel, Lola-Mercedes N°11 méne les 122e et 123e tour... Au 176e tour, Adrian Fernandez, Lola-Mercedes #10 explose son moteur, il est classé 21e... Au 184e tour, une fuite d'huile met fin à la course de Raul Boesel, Lola-Mercedes n°11, il est classé 20e... À 16 tours de la fin, il ne reste plus que deux "étoiles" mais Roberto Guerrero, Reynard-Mercedes n°21 compte deux tours de retards, il fini 12e... Seul Bobby Rahal, Lola-Mercedes n°9, sauve l'honneur avec une belle 3e place, à seulement 2"966 du vainqueur : Jacques Villeneuve ! Et au "coude-à-coude" avec le deuxième (0"485), qui n'est autre que le "Rookie Of The Year" Christian Fittipaldi, le neveu de... ! Avec une 3e, 12e, 20e, 21e, 29e place, et deux non qualifiées, le bilan est plutôt mince.



V10 Mercedes/Ilmor


L'impressionnant "crash" du premier tour... Stan Fox sera le plus grièvement blessé... il n'a plus participé à 'l"Indy 500" depuis.


1996 Le dernier coup d'éclat...
Les organisateurs décident de retirer leur épreuve du CART (Championship Auto Racing Team) et de créer leur propre championnat l'IRL (Indy Racing League). Un grand nombre d'équipes de pointe restent fidèles au CART et c'est l'occasion pour des équipes de second plan de faire un bon résultat. C'est le cas de "Delco Electronics High Tech Team Galles" qui engage une Lola-Mercedes, pilotée par Davy Jones (USA, 4 participations, meilleure qualif. 28e en 1993, meilleur classement 7e en 1989). Davy Jones effectue une excellente qualification, réalisant le deuxième temps à seulement 0"145 du "poleman" Tony Stewart (Rookie) sur une Lola-Menard V6 !


Davy Jones Lola T96/00-Mercedes Benz 1996

Davy Jones fait un début de course prudent, restant "au contact", sans s'engager dans la bagarre qui oppose Tony Stewart, Roberto Guerrero et Buddy Lazier... Au 71e tour Jones entre dans la bataille et passe en tête... Dans le 82e tour, Tony Stewart explose son moteur et au 87e Buddy Lazier prends les commandes... alors commence le jeu du chat et de la souris... Jones reprends l'avantage au 98e... Lazier le repasse au 121e... Roberto Guerrero pointe son nez au 134e... "déboulonné" par Jones au 159e... rapidement repris par Lazier au 161e... doublé par Jones au 168e... dans ce que les américains nomme le "money-time" Alessandro Zampedri s'empare du commandement au 170e tour... Davy Jones le détrône au 190e... mais Buddy Lazier le passe au 193e tour et remporte sa première et unique victoire à "l'Indy 500". Davy Jones termine deuxième à 0"695 du vainqueur. À noter, dans le dernier tour un "crash" au virage 4 élimine Alessandro Zampedri, Roberto Guerrero et Eliseo Salazar qui seront classés respectivement 4e, 5e et 6e, ce qui profite à Richie Hearn qui empoche la troisième place.

Bonne prestation donc de Davy Jones qui offre au moteur Mercedes une sortie honorable avec un départ en première ligne et une belle deuxième place.

De 1997 à 2000, les moteurs Mercedes seront présent en CART (châssis Penske, Lola et Reynard) mais plus en IRL.

Quand reverrons-nous une Mercedes à "l'Indy 500" ?... probablement pas avant bien longtemps...


PC24/95 Mercedes Benz 1995

PC24/95 Mercedes Benz 1995

PC24/95 Mercedes Benz 1995

V10 Mercedes/Ilmor

V10 Mercedes/Ilmor


Ilmor
Source : Wikipédia, l'encyclopédie libre

Ilmor est un constructeur britannique, spécialisé dans la conception de moteurs de course. Présent en Formule 1 de 1991 à 1994 sous son nom propre, puis de 1995 à 2005 en tant que partenaire de Mercedes-Benz, qui en était le principal actionnaire, avant de racheter totalement une partie de l'entreprise. Le partie restante d'Ilmor est aujourd'hui une entreprise indépendante.


Mario Illien, co-fondateur d'Ilmor

Ilmor est une entreprise fondée en 1984, par le Suisse Mario Illien et le Britannique Paul Morgan, deux anciens ingénieurs de chez Cosworth. Ce sont les premières syllabes de leurs patronymes qui ont donné son nom à la société ainsi créée. A l'origine spécialisée dans la conception de moteurs pour le championnat CART, Ilmor s'est lancé en Formule 1 à partir 1991 avec l'écurie Leyton-House (devenue March en 1992, puis Tyrrell en 1992).


Sauber C12 1993

En 1993, Ilmor équipe l'écurie suisse Sauber, tandis que Mercedes-Benz à l'origine du projet Sauber F1) rachète 10% d'Ilmor. En 1994, le moteur Ilmor est d'ailleurs officiellement dénommé Mercedes-Benz sur le capot des Sauber. Parallèlement, Ilmor équipe également la modeste écurie Pacific Racing, avec des moteurs de l'année précédente.

A partir de 1995, Mercedes-Benz quitte Sauber pour s'associer avec McLaren Voir : ICI. Logiquement, Mercedes-Benz continue de s'appuyer sur Ilmor pour la conception des moteurs. Ilmor remporte ainsi sa première victoire au Grand Prix d'Australie 1997, avant de permettre à Mika Häkkinen de remporter les titres 1998 et 1999, et à McLaren-Mercedes d'être champion constructeur en 1998.

En 2002, un an après le décès accidentel de Paul Morgan, Mercedes-Benz prend le contrôle d'Ilmor à hauteur de 55%, et renomme la société Mercedes-Ilmor. Puis, en 2005, Mercedes-Benz rachète totalement le département Formule 1 d'Ilmor, qui devient Mercedes-Benz High Performance Engines Ltd. Par contre, la partie Ilmor Engineering (impliquée notamment aux États-Unis dans la conception des moteurs Honda du championnat IndyCar Series) retrouve son indépendance, avec son fondateur Mario Illien à sa tête.


Le moteur Honda conçu par Ilmor pour le championnat IndyCar 2007

Ilmor LH10 1991-1992.
10 cylindres en V.
Cylindrée: 3 498,7 cm³ (1991), 3 493 cm³ (1992).
Puissance: 680 ch (1991), 700 ch (1992).
Régime moteur: 13 000 tours/min (1991), 13 300 tours/min (1992).

Ilmor Type 2175 A 1993-1994
10 cylindres en V à 72°.
Cylindrée: 3 478,7 cm³.
Régime moteur: 12 800 tours/min.
Puissance: 696 ch.
Poids: 126 kg.

Ilmor Type 2175 B 1994-
10 cylindres en V à 72°.
Cylindrée: 3 478,7 cm³.
Régime moteur: 14 000 tours/min.
Puissance: 765 ch.
Poids: 123 kg.

Ecuries de F1 ayant couru avec un moteur conçu par Ilmor
Leyton House: 1991-1992
Tyrrell: 1992
Sauber: 1993-1994 (sous le nom Ilmor en 1993 puis Mercedes-Benz en 1994)
Pacific: 1994
McLaren: 1995- sous le nom de Mercedes-Benz



Illien et Mc Coy devant l'Ilmor 800 de MotoGP

Ilmor est présent en tant que constructeur à part entière en MotoGP en 2007 avec un V4 de 800 cm³ monté sur un châssis conçu en interne. Ilmor a fait ses débuts en MotoGP dès 2006 à l'occasion des Grands Prix du Portugal et de Valence avec Garry McCoy (pilote Australien ayant déjà couru en MotoGP 1000 avec Kawasaki et Aprilia) au guidon.

Source : forums.motorlegend.com
Source : Wikipédia, l'encyclopédie libre


Dernière édition par Bob le Jeu 27 Jan 2011 - 9:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mercedes à Indianapolis 1994   Mer 26 Jan 2011 - 19:19

Bien belle, cette histoire! D accord

Au 124ème tour, Villeneuve repasse en tête, ça porte bonheur Siffle .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mercedes à Indianapolis 1994   Mer 26 Jan 2011 - 19:33

clin doeil Merci Hakim

Drôle de carrière pour Jacques Villeneuve, je crois qu'il était trop pur pour ce milieu.... une chance pour Schumacher Rire Rire

Alcool Blanc
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mercedes à Indianapolis 1994   Sam 18 Juin 2011 - 6:46


Roger Penske (au centre) pose avec le moteur Mercedes
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mercedes à Indianapolis 1994   Jeu 22 Déc 2011 - 16:11


1994 Penske-Mercedes Benz PC 23 Indy Car
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mercedes à Indianapolis 1994   Jeu 2 Fév 2012 - 17:30

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mercedes à Indianapolis 1994   Jeu 5 Avr 2012 - 17:20

Un très bel article à lire ici clin doeil

Les “Étoiles” à Indianapolis




Récapitulatif complet en image des participations dans la plus ancienne course toujours organisée.Voir : ICI
Un total de vingt-cinq départs, de 1911 à 1996. Pour plus de détails, lire Étoiles Passion de juillet 2011 et avril 2012.

Bien que la marque allemande n’affiche que deux victoires à Indianapolis, elle est néanmoins détentrice du record de temps les séparant. Gageons qu’il n’est pas près d’être battu ! Dans une hypothèse délirante, la seule marque toujours en activité pouvant prétendre à faire mieux serait Peugeot, sa dernière victoire remontant à 1919... À moins que Maserati, dont le dernier passage sur la “Victory lane” date de 1940, n’envisage une nouvelle victoire à l’horizon 2020...!

Pour la petite histoire, notons que Ralph DePalma a 32 ans (n. décembre 1882) lorsqu’il décroche son unique victoire dans les 500 miles en 1915 ; et que c’est également l’âge d’Al Unser Jr. en mai 1994 (n. avril 1962) pour la deuxième victoire d’une Mercedes !



http://www.etoilespassion.com
Revenir en haut Aller en bas
Asca




MessageSujet: Re: Mercedes à Indianapolis 1994   Jeu 5 Avr 2012 - 17:39

Citation :
notons que Ralph DePalma a 32 ans (n. décembre 1882) lorsqu’il décroche son unique victoire dans les 500 miles en 1915 ; et que c’est également l’âge d’Al Unser Jr. en mai 1994 (n. avril 1962) pour la deuxième victoire d’une Mercedes !

Des chiffres ..... troublants Amusé Algorithmes Cosmiques ou Pur Hasard Discret

Ils ont aussi le mémère même air sur les photos Choqué
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mercedes à Indianapolis 1994   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mercedes à Indianapolis 1994
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» projet mercedes 508D 4X4
» [MR03]Mon nouveau joujou Mr-03 Mercedes C9
» [Matériel roulant] Mercedes Citaro (n°500-506) et G (n°200-204)
» Mercedes Unimog 406 sur CR01
» Treuil Mercedes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Mercedes :: L'Histoire Mercedes-Benz :: Le Sport et Mercedes-Benz-
Sauter vers: