Univers Mercedes
Le 5 Mai 2013

Bonjour,

Ce forum est fermé. L'aventure Mercedes-Benz s'arrête ici.

Un énorme MERCI à tous les membres qui y ont participé, pour leur temps passé et leur générosité, ce lieu est désormais une source d'infos consultables à tout moment, espérant que cette source de savoir répondra à vos questions ou à votre problème.

Cordialement,

Asca.


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Forum Univers-Mercedes est fermé. Il restera accessible en ligne pour le consulter en visiteur.

Partagez | 
 

 [Pilote] Stirling Moss

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [Pilote] Stirling Moss   Ven 21 Jan 2011 - 10:44

Stirling Moss, Le Champion sans couronne
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.







Sir Stirling Moss est considéré comme l'un des plus grands pilotes de l'histoire du sport automobile. Il n'est pourtant jamais parvenu à conquérir le titre mondial des conducteurs, ce qui lui vaut d'être surnommé "le Champion sans couronne". Vainqueur de 16 Grands Prix, Moss compte également de nombreuses victoires en catégorie Sport (dont une retentissante victoire aux Mille Miglia en 1955).

Les débuts : 1948-1951
Né le 17 septembre 1929 à Londres dans une famille aisée, Stirling Moss est très tôt plongé dans les sports mécaniques. Son père Alfred est un ancien pilote amateur (qui a participé aux 500 Miles d'Indianapolis 1924), quant à sa mère Aileen, elle dispute régulièrement des épreuve de maniabilité. Pourtant lorsqu'à 17 ans, permis de conduire en poche, Stirling manifeste à son tour le désir de faire de la compétition, il se heurte à l'opposition de ses parents. En 1948, alors qu'il est âgé de 19 ans, Stirling parvient enfin à réveiller la passion de la course automobile chez son père, qui accepte de guider ses premiers pas en compétition en l'aidant à préparer une Cooper-Jap 500 cm³. À son volant, Stirling remporte sa toute première épreuve, une course de côte.

En 1949, les Moss père et fils achètent une nouvelle Cooper, que Stirling pilote alternativement en Formule 3 et en Formule 2. Malgré des résultats irréguliers (citons quand même sa victoire en F3 en lever de rideau du GP de Grande-Bretagne à Silverstone) le style du jeune Stirling impressionne les observateurs. En 1950, il est ainsi recruté par la petite écurie britannique HWM de John Heath et George Abecassis, qui l'engage simultanément en Formule 2 et en Formule Libre, des disciplines dans lesquelles il commence à se frotter aux meilleurs pilote de l'époque et à soigner sa réputation de grand espoir.
Parallèlement, il continue de piloter en Formule 3 sur sa Cooper-Jap, ce qui lui vaut de se mettre à nouveau en évidence devant le petit monde de la Formule 1, en remportant cette fois le GP de Monaco F3. En fin d'année, il réalise également son premier grand coup d'éclat en catégorie sport en remportant sous la pluie de Dundrod (Ulster) le prestigieux Tourist Trophy au volant d'une Jaguar privée.

Devenu un pilote de plus en en plus sollicité, Moss est engagé sur tous les fronts lors de la saison 1951: en F3 chez Kieft, en sport chez Jaguar qui a fait de lui un pilote officiel, et en F2 chez HWM. C'est d'ailleurs au volant de la HWM F2 que Moss participe à ses premiers GP de Formule 1 où il doit déployer tout son talent pour parvenir à tenir le rythme des F1, plus puissantes que sa F2. Sa première apparition dans un GP du championnat du monde a lieu sur l'exigeant tracé de Bremgarten, cadre du GP de Suisse, le 27 mai 1951, au volant d'une HWM.


Un patriotisme peu productif : 1952-1953
Sollicité pour le championnat du monde 1952 par Enzo Ferrari en personne, Stirling Moss préfère poursuivre son ascension au sein d'écuries britanniques, pourtant moins performantes que leurs rivales italiennes. Il se laisse ainsi tenter en Formule Libre par l'audacieux projet BRM V16, et en Formule 1 par ERA. Mais dans les deux cas, les résultats ne seront pas au rendez-vous. Son passage en 1953 chez Cooper-Alta n'est guère plus brillant.


Révélation chez Maserati : 1954
Pour la saison 1954, constatant l'impasse dans laquelle le conduit son attachement aux médiocres équipes britanniques, Moss se résout à acheter une Maserati F1. En faisant régulièrement jeu égal en performance pure avec les Maserati officielles, théoriquement plus véloces, il s'affirme comme la révélation de l'année, même si le manque de fiabilité de sa monture ne lui permet pas de concrétiser en course (sa 3e place à Spa sera son seul résultat notable en championnat).
Au fil de la saison, l'usine Maserati prête un intérêt grandissant aux prestations du jeune Anglais, au point de faire de lui un pilote officiel en fin de saison. À Monza, malgré un énième abandon, il s'affirme plus que jamais comme un futur grand de la F1, avant de devoir renoncer sur fuite d'huile, il était en tête de la course, devant l'invincible Mercedes de Fangio. L'exploit n'échappe pas à Mercedes, qui décide de faire de lui l'équipier de Fangio pour la saison suivante.


Juan Manuel Fangio et Stirling Moss course de l'Eifel Race 1955

Dans l'ombre de Fangio : 1955-1957
Sans véritable opposition si ce n'est la prometteuse Lancia D50, (mais la firme italienne, en proie à de grandes difficultés financières renoncera peu après la mort de son pilote Alberto Ascari fin mai), les Mercedes W196 survolent les débats en 1955. Mais en interne, Moss se heurte la plupart du temps à un os en la personne de son coéquipier Fangio, qui truste les victoires.


Victoire à Aintree avec la Mercedes-Benz W196 Voir : ICI
Il ne parvient à devancer son chef de file que lors du GP de Grande-Bretagne à Aintree, où il décroche sa première victoire en championnat du monde. Malgré les dénégations de Fangio qui n'aura de cesse de répéter que Moss était ce jour-là le plus fort, il subsistera toujours un doute quant au déroulement de cette course. Fangio a-t-il tout fait pour battre son loyal équipier et le priver de son premier succès en F1, qui plus est à domicile ? Moss termine le championnat du monde à la deuxième place derrière Fangio.






La victoire au Mille Miglia 1955 de Stirling Moss et Denis Jenkinson sur la Mercedes 300 SLR Voir : ICI
En 1955, Moss est également engagé par Mercedes dans les épreuves sport, pour le meilleur et pour le pire. Le meilleur lors de sa victoire au Mille Miglia, où il signe le record absolu de l'épreuve au terme d'une fabuleuse épopée de plus de 10 heures, sur 1 597 km. Son navigateur, le journaliste Denis Jenkinson, en profitera pour réaliser un reportage devenu aujourd'hui un grand classique de la littérature sportive.
Mais le pire lors des 24 heures du Mans, où il est en tête de l'épreuve avec Fangio lorsqu'il reçoit de la direction de Mercedes l'ordre de se retirer de l'épreuve : quelques heures plus tôt, une autre Mercedes, pilotée par Pierre Levegh, s'est écrasée sur un talus séparant la piste des tribunes. Plus de 80 personnes ont été tuées par des éléments de la Mercedes projetés dans le public.


24 Départ des Heures du Mans 1955

Suite à ce drame, Mercedes décidera d'abandonner la compétition à l'issue de la saison 1955. Voir : ICI

Moss retourne alors chez Maserati pour le championnat du monde de F1 1956, où il est présenté comme le principal outsider de Fangio passé lui chez Ferrari, qui a récupéré les Lancia D50). En Argentine, une casse moteur alors qu'il est en tête l'oblige à céder la victoire à Fangio. Il prend sa revanche à Monaco, où il signe sa deuxième victoire en championnat du monde au terme d'une démonstration de pilotage. Auteur ce jour-là d'une course brouillonne, Fangio "le Maestro" ne peut que s'incliner face à son ancien "élève". Mais une série de mauvais résultats, imputable à des soucis mécaniques, lui fait perdre le contact au championnat avec les pilotes Ferrari (Fangio et Collins). Sa belle fin de saison (2e place en Allemagne et victoire en Italie) n'y change rien et il termine comme l'année précédente à la deuxième place du championnat derrière Fangio.

L'émergence de l'équipe britannique Vanwall permet à Moss de défendre les couleurs nationales. Mais sa saison est perturbée par la mise au point plus longue que prévue de la VW4, ainsi que par une sinusite qui l'oblige à déclarer forfait pour le GP de France. Son championnat ne débute réellement qu'avec sa victoire à Aintree, sur la voiture partagée avec son coéquipier Tony Brooks, mais il est déjà trop tard pour espérer jouer le titre. Pour l'honneur, il remporte les deux dernières manches de la saison, ce qui lui permet de terminer vice-champion du monde derrière Fangio pour la troisième année consécutive.


Les occasions ratées : 1958-1961
Chez Vanwall en 1958, Moss est mis dans l'embarras par le forfait de son équipe lors du premier GP de la saison en Argentine. Vanwall et les écuries officielles britanniques entendant protester contre le changement tardif du règlement sur le carburant. Pour défendre ses chances au championnat, il obtient le droit de s'inscrire sur une Cooper privée de l'écurie de Rob Walker. Curiosité, il s'agit d'une voiture dont le moteur Climax est situé derrière le pilote. Auteur d'essais quelconques, Moss crée la sensation le jour de la course en optant pour une stratégie non-stop et en s'imposant devant tous les favoris. Il s'agit d'une victoire historique, la toute première d'une monoplace à moteur arrière en Formule 1.

De retour sur la Vanwall à partir du GP de Monaco, il est victime du manque de fiabilité chronique des voitures vertes et voit son brio souvent mal récompensé. Alternant victoires et abandons, Moss domine la F1 sans parvenir à prendre le large au championnat et se voit notamment menacé par Mike Hawthorn sur Ferrari. Moss est pénalisé par le manque de fiabilité de la Vanwall mais également par son fair-play légendaire.
Au GP du Portugal, dernière manche de la saison, il laisse volontairement passer une occasion de prendre le large au championnat en témoignant auprès des officiels en faveur de Hawthorn, classé deuxième derrière lui mais initialement disqualifié pour une manœuvre litigieuse. Un abandon en Italie lui fait perdre la tête du classement général, sa victoire au Maroc, la quatrième de la saison est insuffisante pour revenir sur Hawthorn, auteur à Casablanca d'une course bien terne, mais sauvé par les consignes d'équipe en sa faveur, son équipier Phil Hill lui offrantt la 2e place, synonyme de titre mondial pour un petit point d'avance sur Moss.

Usé par des problèmes de santé, Tony Vanderwell, le propriétaire de Vanwall, annonce qu'il se retire du championnat, obligeant le quadruple vice-champion du monde à trouver un nouveau volant. Convaincu que le moteur arrière est la solution, Moss s'engage avec Cooper, mais au sein de l'écurie privée de Rob Walker, et non de l'équipe officielle. La Cooper Walker se distingue essentiellement de la Cooper officielle par l'utilisation d'une boîte de vitesses différente, de marque Colotti. Mais lors des deux premières manches de la saison, Moss est par deux fois victime d'une rupture de sa boîte de vitesses alors qu'il était en tête.
Dépité, Moss quitte Rob Walker pour rejoindre l'équipe British Racing Partnership dont le propriétaire n'est autre que son propre père Alfred Moss. Après deux apparitions sur la BRM du BRP (accident à Reims et 2e place à Aintree), il retourne chez Rob Walker à l'occasion du GP d'Allemagne, disputé sur l'AVUS. Malgré les promesses de Rob Walker, il constate, hélas, que les problèmes de la boîte Colotti sont loin d'être résolus puisque sa transmission casse dès le début de la course. Le sort cesse de s'acharner sur lui à partir du GP du Portugal, que Moss domine de la tête et des épaules. Il signe à Monza une nouvelle victoire qui lui permet de conserver d'infimes espoirs d'être titré au GP des États-Unis, ultime manche de la saison. Mais à Sebring, un énième bris de sa boîte Colotti offre définitivement le titre à Jack Brabham, sur la Cooper officielle.

Fidèle à Rob Walker malgré les ennuis à répétition de la saison 1959, Moss attaque la saison 1960 par un nouvel abandon (bris de suspension). Après avoir récupéré la voiture de son coéquipier Maurice Trintignant, il parvient à remonter jusqu'à la troisième place, mais ce podium ne lui permet pas d'inscrire le moindre point compte tenu de la nouvelle réglementation sportive, destinée à dissuader les pilotes de se relayer au volant.
Pour l'épreuve suivante à Monaco, Moss a su convaincre Walker de se porter acquéreur d'une nouvelle voiture: la Lotus 18, qui aux mains d'Innes Ireland a fait forte impression lors des premières épreuves de la saison. Dans les rues de la Principauté, il signe la pôle et s'impose au nez et à la barbe des pilotes officiels pour offrir à Lotus son tout premier succès en championnat du monde.


Zandvoort 1960, Stirling Moss sur Lotus 18

A Zandvoort, une belle mais frustrante quatrième place lui permet de rester bien placé dans la course au titre, mais il perd tout à Spa, où il est victime d'un grave accident consécutif à la perte d'une roue. Relevé avec de multiples fractures, Moss doit observer une convalescence de plusieurs semaines et donc faire l'impasse sur plusieurs courses du championnat, ce dont profite Brabham pour s'échapper et glaner un deuxième titre mondial. Moss effectue son retour à Oporto où ironie du sort, il est disqualifié pour avoir réalisé la même manœuvre que Hawthorn deux ans auparavant... puis s'impose facilement à Riverside, l'ultime manche du championnat, ce qui ne fait qu'attiser la sensation qu'il est une nouvelle fois passé à côté d'un titre mondial largement à sa portée.

Pour la saison 1961, Moss n'apparaît pas en position de favori. Au handicap de ne pas évoluer au sein d'une équipe d'usine, il reste fidèle à la vieille Lotus 18 de l'équipe de Rob Walker, tandis que l'équipe officielle a sorti la plus moderne Lotus 21, s'ajoute une nouvelle réglementation technique qui semble taillée sur mesure pour Ferrari. Ce pronostic se vérifiera tout au long de la saison, largement dominée par les Ferrari de Wolfgang von Trips et Phil Hill. Mais sur les deux circuits de la saison où la puissance moteur n'est pas déterminante, Monaco et le Nurburgring, Moss ne laisse aucune chance à la concurrence et livre deux éblouissantes leçons de pilotage. Au volant d'une Cooper, il remporte également le BRDC International Trophy à Silverstone, une épreuve hors-championnat.

L'accident de Goodwood
Alors qu'ils entretiennent des relations délicates suite à et un transfert avorté depuis 1951, Enzo Ferrari et Stirling Moss renouent contact lors de l'hiver 1961/1962. Ferrari décide de confier à Moss une Ferrari tout en lui permettant de conserver son indépendance vis à vis de la Scuderia : Moss continuera à rouler sous les couleurs du Rob Walker Racing, une faveur rare qui témoigne du respect du Commendatore pour l'Anglais.
Avant le début du championnat du monde, Moss participe comme à son habitude à de multiples courses hors-championnat. Parmi celles-ci, le Glover Trophy, disputé le 23 avril 1962 sur le circuit de Goodwood, l'un de ses tracés favoris. Inscrit sur une Lotus 18 privée, Moss domine le début de course avant d'être longuement retardé par des ennuis mécaniques. Revenu en piste, il est sur le point de se dédoubler du leader Graham Hill lorsque qu'il tire tout droit à l'entrée du virage de St-Mary et va s'écraser à haute vitesse contre le talus. Relevé inconscient avec de multiples fractures, il passe plusieurs semaines à l'hôpital avant de devoir entamer une douloureuse rééducation.
Au printemps 1963, à Goodwood près d'un an après son accident, il retrouve le volant d'une voiture de course. Son objectif est de se tester, afin de savoir s'il peut reprendre sa carrière. Mais au bout d'une demi-heure, constatant son déficit de performance ainsi que son manque de sensation au volant, il préfère mettre un terme à sa carrière, estimant qu'il ne sera pas en mesure de retrouver son meilleur niveau.

Finalement Stirling Moss ne conduira jamais pour Ferrari.... Il sera anobli par la reine d'Angleterre.


Palmarès en Championnat du Monde de Formule 1
- 66 Grand Prix disputés
- 16 victoires
- 16 poles positions
- 20 meilleurs tours en course
Vice-champion du monde en 1955, 1956, 1957 et 1958
Sur les 21 pilotes ayant disputé au moins 30 Grand Prix dans leur carrière dont le pourcentage de victoires est supérieur à 10 %, Stirling Moss est le seul avec Tony Brooks à ne pas avoir obtenu le titre mondial.


Au Mans avec son Osca FS 372, en juin 2009
Palmarès en Sport
1954 12 heures de Sebring sur Osca
1955 Mille Miglia sur Mercedes-Benz 300 SLR


Tourist Trophy 1955

Tourist Trophy 1955
1955 RAC Tourist Trophy sur Mercedes-Benz 300 SLR
1955 Targa Florio sur Mercedes-Benz 300 SLR
1956 1000 km de Buenos Aires sur Maserati 300S
1956 1000 km du Nürburgring sur Maserati 300S
1957 GP de Suède sur Maserati 450S
1958 1000 km du Nürburgring sur Aston Martin DBR1
1958 RAC Tourist Trophy sur Aston Martin DBR1
1959 1000 km du Nürburgring sur Aston Martin DBR1
1959 RAC Tourist Trophy sur Aston Martin DBR1
1960 1000 km du Nürburgring sur Maserati Tipo 61




Double hommage de Mercedes à Sir Stirling Moss

2006 La Mercedes McLaren SLR 722




2009 Mercedes McLaren SLR Stirling Moss


Dans les années 1950, Mercedes-Benz a remporté de nombreuses victoires avec la 300 SLR, notamment aux Mille Miglia, lors de la Targa Florio ou dans le cadre du Tourist Trophy . Les plus grands pilotes de l’époque se sont illustré avec cette monture, qu’il s’agisse de Juan Manuel Fangio, Karl Kling et surtout, Stirling Moss . C’est en son honneur qu'une déclinaison de la SLR a été baptisée SLR Stirling Moss.




Nota : En hommage à sa prodigieuse carrière, la FIA a autorisé Sir Stirling Moss à porter, en course officielle, sa combinaison et son casque typiques des années correspondantes à son apogée. C'est pourquoi vous le voyez toujours dans cette tenue lors des compétitions actuelles pour voitures anciennes. Il est le seul à bénéficier de cette autorisation.


Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


Dernière édition par Bob le Mer 26 Jan 2011 - 12:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Asca




MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Ven 21 Jan 2011 - 10:58

C'est l'exemple des pilotes d'une autre époque, même sans couronne le type inspire du respect, loin des pilotes multi-couronnés d'aujourd'hui.

Super Bob ! Potes Alcool Blanc
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Ven 21 Jan 2011 - 11:12


Asca a écrit:
C'est l'exemple des pilotes d'une autre époque, même sans couronne le type inspire du respect, loin des pilotes multi-couronnés d'aujourd'hui.

Tu ne crois pas si bien dire, je vais bientôt vous parler des raisons du rendez-vous manqué avec Ferrari et de son immense Fair Play vis à vis de Mike Hawthorn à qui il offrit littéralement le titre, une chose totalement impensable aujourd'hui, où la mauvaise foi et une armée d'avocats réglerait le problème.....

Moss aura été un immense pilote, assez malchanceux et pas toujours bien avisé quand au choix de ses montures, faute de quoi, il aurait eu un palmarès bien plus impressionnant encore. Enfin gagner en Sport dans ces années là sur le Grand Ring.... démontre s'il en était besoin son immense talent.

Bref une époque où La parole donnée, l'honneur, la probité, le respect de l'adversaire avait encore un sens..... clin doeil

Alcool Blanc


Dernière édition par Bob le Mar 25 Jan 2011 - 16:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Ven 21 Jan 2011 - 11:15

Quest-ce qui faisait pour avoir la figure noir de la sorte quand ils faisaient une course à l'époque ? ... le réniflar du moteur sortais dans le cokpit ?? ... Choqué ... ils ressemblent plus à des gueules noir qu'a des pilotes ! ... Arrg
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Ven 21 Jan 2011 - 11:26

Il y avait de cela en effet, mais ils roulaient souvent sur routes ouvertes mal goudronnées voir pas goudronnées du tout clin doeil
et puis avec les Formule 1 de l'époque, ils prenaient toutes les projections de gomme et de gravillons dans la tête, il n'était pas rare de voir des pilotes arriver avec la tête en sang !!! Arrg

Le casque intégral n'est arrivé que dans les années 70 clin doeil

Alcool Blanc



Dernière édition par Bob le Mar 25 Jan 2011 - 16:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Asca




MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Ven 21 Jan 2011 - 11:31

Mercedes-Benz aura eu le mérite de lui rendre hommage, c'est pas si mal, même si le but est lucratif Discret

Ca me fait penser à Kevin Schwantz pilote de GP500, un "grand" selon moi, un pilote virtuose et un roi du rattrapage de situation désespéré, il n'aura pourtant jamais été champion du monde, rivalisant avec des Wayne Rainey et autre Michael Doohan. Pourtant il est reconnu comme un des plus grand pilotes de moto GP de tous les temps et son num 34 Lucky Strike reste en mémoire de ceux qui ont suivi les GP 500.

C'est démonstratif de toute une mentalité qui est mis à mal, et ce, dans quasiment tout les domaines, comme disait 'Willie' Scott dans Indiana Jones (ça c'est de la ref ! Rire ) "Fortune et Gloire !! "
Des mots associés à une morale, comme le Respect, la Fraternité, l'Humilité ... s'en sont allés pour laisser place à Ruse & Mépris.

Je me rappelle des courses de rallye où les concurrents s'arrêtaient pour aider un adversaire dans la panade ... bien loin se souvenir ... Triste

Allez va ! clin doeil A Mr Moss Biere
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Ven 21 Jan 2011 - 11:47

je trique moi aussi par ce que le Moss je ne connaissais pas ! ... Biere
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Ven 21 Jan 2011 - 12:10



Asca a écrit:
Mercedes-Benz aura eu le mérite de lui rendre hommage, c'est pas si mal, même si le but est lucratif Discret

Là tu frise le procès d'intention, vu la clientèle ultra exclusive à qui s'adresse les deux véhicules en question, ils auraient pu se passer de cet hommage sans problèmes AMHA.

On peut reprocher énormément de choses à MB, mais pas sa reconnaissance vis à vis des pilotes qui on œuvré à la gloire de la marque, Mercedes, n'est pas Ferrari....clin doeil

Citation :
Ca me fait penser à Kevin Schwantz pilote de GP500, un "grand" selon moi, un pilote virtuose et un roi du rattrapage de situation désespéré, il n'aura pourtant jamais été champion du monde, rivalisant avec des Wayne Rainey et autre Michael Doohan. Pourtant il est reconnu comme un des plus grand pilotes de moto GP de tous les temps et son num 34 Lucky Strike reste en mémoire de ceux qui ont suivi les GP 500.

Je n'y connais rien en moto, mais le 27 de Gilles villeneuve, un autre Champion sans couronne est un numéro fétiche également

Citation :
C'est démonstratif de toute une mentalité qui est mis à mal, et ce, dans quasiment tout les domaines, comme disait 'Willie' Scott dans Indiana Jones (ça c'est de la ref ! Rire ) "Fortune et Gloire !! "
Des mots associés à une morale, comme le Respect, la Fraternité, l'Humilité ... s'en sont allés pour laisser place à Ruse & Mépris.

C'est pourquoi Schumacher malgré tous ses titres et toutes ses victoires ne bénéficie pas auprès des amateurs de Formule 1 de l'aura d'un Fangio ou d'un Senna, à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire...... pour les gogos, c'est différent.....

Citation :
Je me rappelle des courses de rallye où les concurrents s'arrêtaient pour aider un adversaire dans la panade ... bien loin se souvenir ... Triste

Un motard amateur avec cet esprit a perdu tellement de temps à aider les autres cette année sur une étape du "Dakar" qu'il est arrivé hors délais..... La direction de course l'a exclu.... no comment

Comme tu dis, Allez va ! clin doeil A Mr Moss et à toutes les femmes et tous les hommes digne de ce nom Biere


Dernière édition par Bob le Mar 25 Jan 2011 - 16:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Asca




MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Ven 21 Jan 2011 - 12:22

Bob a écrit:
Comme tu dis, Allez va ! clin doeil A Mr Moss et à toutes les femmes et tous les hommes digne de ce nom Biere

Comme Kate .... Rire
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Ven 21 Jan 2011 - 13:24

Boavista 1958, le fair-play de Stirling Moss
par Axel Borg le 7.06.2010

Source : www.sportvox.fr




Stirling Moss sur Vanwall VW10 rempporte le Grand Prix du Portugal 1958 sur le circuit de Boavista, le 24 Août

En lutte avec Mike Hawthorn pour le titre de Champion du Monde 58, Stirling Moss gagne l'avant dernier Grand Prix de la saison, au Portugal.

En 1958, Mike Hawthorn est sacré champion du monde avec la Scuderia Ferrari, succédant au palmarès à Juan Manuel Fangio, l’homme aux cinq couronnes. Il est le premier pilote anglais à gagner le titre, réservé aux pilotes latins depuis 1950 (Farina, Fangio, Ascari).

Hawthorn a remporté son duel face à Stirling Moss. Pour la quatrième année consécutive, Moss est dauphin au classement final, Hawthorn compte 42 points contre 41... Battu trois fois par Fangio en 1955, 1956 et 1957, Moss n’a pas su profiter de la retraite du maestro argentin.

Pourtant, avec quatre victoires en 1958, Moss a été brillant. Hawthorn, lui, n’a gagné qu’une seule course, le Grand Prix de l’ACF, couru sur le circuit de Reims-Gueux. La troisième victoire de Moss intervient au Portugal, sur le circuit urbain de Boavista. La défaite finale de Stirling Moss incitera cependant les instances sportives à revoir le barème d'attribution des points. Dès 1961, la victoire vaudra 9 points et non plus 8. Elle sera portée à 10 points en 1991, pour favoriser le panache en course.

A Boavista, Mike Hawthorn tire tout droit dans un échappatoire. Relancé par les commissaires, il parvient à terminer le Grand Prix au volant de sa Ferrari.
Deuxième de cette course portugaise, Hawthorn est dans un premier temps suspendu à une épée de Damoclès. Les instances sportives hésitent à déclasser l’Anglais, ce qui offrirait virtuellement les lauriers à son rival, Stirling Moss.

Moss interrogé par le tribunal sportif affirmera que Hawthorn n’a rien fait d’autre que son métier de pilote de course. Le témoignage de Moss infléchit le verdict des commissaires... Mike Hawthorn ne sera pas disqualifié. Le fair-play de Moss renvoie à une époque de la F1 où les mœurs étaient autres, celle des gentlemen-drivers, espèce en voie d’extinction dont Damon Hill et David Coulthard furent les ultimes représentants.

Tony Brooks gagne ensuite la course suivante, à Monza. La quatrième victoire de Moss, à Casablanca, pour le dernier Grand Prix, au Maroc, sera insuffisante pour combler l’écart le séparant de Hawthorn ...Moss est un pilote pour qui l’honneur passe avant tout.

De même, le pilote anglais s’est demandé toute sa vie si Juan Manuel Fangio l’avait laissé gagner à Aintree en 1955, à l’occasion d’un doublé des Mercedes W196. Sur le circuit qui longe le célèbre hippodrome. Fangio avait suivi son jeune coéquipier comme son ombre. Moss remportant devant son public sa première victoire en F1. Fangio a toujours nié avoir volontairement laissé Moss gagner. Pourtant, Moss pensait l’inverse. Fangio emporta son secret dans la tombe en 1995. Bernard Cahier, le célèbre photographe, pensait exactement comme Moss. Fangio avait laissé Moss l’emporter, mais avait eu la suprême élégance de ne jamais l'avouer.

En 1956, Peter Collins s’était sacrifié pour Fangio à Monza. Laissant le cockpit de sa Ferrari D50 au Maestro argentin, Collins avait condamné ses propres chances pour le titre. A vingt-cinq ans, il pensait avoir d’autres occasions. Fangio put ainsi décrocher un quatrième titre mondial. Hélas Peter Collins, grand ami de Mike Hawthorn, allait se tuer au Nürburgring en 1958 et ne serai jamais sacré... Sans son complice Peter Collins, Mike Hawthorn n’a plus goût au sport automobile, le jeu n’en vaut plus la chandelle.En janvier 1959, Hawthorn s'est tué dans un banal accident de la route près de Londres.


Stirling Moss & Mike Hawthorn

Stirling Moss, lui, ratera encore trois fois le titre mondial entre 1959 et 1961. En 1961, il avait une nouvelle fois fait preuve de sa virtuosité, s’imposant face aux Ferrari dominatrices sur les deux circuits les plus probants en terme de pilotage, Monaco et le Nürburging Voir : ICI (à l’époque, le circuit de l’Eifel et sa magnifique portion Nordschleife étaient encore ouverts à la compétition).

En 1979, Gilles Villeneuve suivit comme son ombre son coéquipier Jody Scheckter, qui gagna le Grand Prix d’Italie à Monza. Jamais le pilote canadien n’aurait attaqué Scheckter, son code d’honneur était très important à ses yeux ... Villeneuve aurait eu le sentiment de gagner le titre comme un voleur ... Quel contraste avec les déchirures entre coéquipiers qui sont le pain quotidien de la F1 depuis les années 90.

Les mœurs ont évolué en F1 ... Mais faire de Senna, Piquet, Hamilton, Alonso ou Schumacher des démons, et de Fangio, Clark, Moss, Lauda, G.Villeneuve ou Stewart des enfants de chœur serait un raccourci trop facile. Les enjeux financiers sous-jacents à la F1 ont explosé, la pression commerciale et politique est autrement plus forte qu’aux débuts de ce sport.

Stirling Moss, plus encore que Jacky Ickx, Ronnie Peterson, ou Gilles Villeneuve, restera pour la postérité comme le champion sans couronne.




Source : www.sportvox.fr


Dernière édition par Bob le Ven 21 Jan 2011 - 14:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Ven 21 Jan 2011 - 16:10

Merci Bob!

Étonnant son histoire que je ne connaissais pas, il n'a pas eu de chance en 1955, où il était obligé de se retirer des 24 heures, avec cette histoire dramatique..

Et pour le fair-play de défendre Mike Hawthorn, y en a pas beaucoup qui aurait fait pareil! D accord
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Ven 21 Jan 2011 - 17:15

Malachite78 a écrit:
Étonnant son histoire que je ne connaissais pas, il n'a pas eu de chance en 1955, où il était obligé de se retirer des 24 heures, avec cette histoire dramatique.. Et pour le fair-play de défendre Mike Hawthorn, y en a pas beaucoup qui aurait fait pareil! D accord

Coucou Merci Hakim

A cette époque là, l'esprit gentleman driver était de mise, d'autant qu'il n'y avait aucunes sécurités, ni sur les voitures, ni sur les circuits, les pilotes se livraient à des duels féroces sur la piste, mais éprouvaient un immense respect les uns pour les autres, d'autant que la mort rodait en permanence... clin doeil

Et puis, il n'y avait pas autant d'argent en jeu.... Difficile de comparer les deux époques, on ne peut que se borner à constater combien le monde a changé en cinquante ans.... en bien pour certaines choses et en pire pour d'autres....

Alcool Blanc
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Mar 25 Jan 2011 - 16:35




Pescara 1957


Monaco 1954
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Jeu 27 Jan 2011 - 22:26

Il faut savoir aussi qu'aujourd'hui Sir Stirling Moss OBE, comme disent les Anglais depuis que la Reine s'en est mêlé, ne fait pas grand-chose gratuitement. Comme il a su être le premier pilote automobile à mener sa carrière en professionnel, il sait encore aujourd'hui faire rémunérer ses apparitions...
Après tout, tant mieux pour lui, d'autant qu'il est demandé !

Mais il est maintenant moins actif depuis son accident d'ascenseur (!) le 8 mars dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Asca




MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Jeu 27 Jan 2011 - 22:42

C'est tout de même pas de chance Rire Mine de rien une chute de 3 étages pour un homme de cet âge, quelques uns y seraient restés, ça me rappelle l'histoire d'un Colonel ou d'un Général Américain, qui après la 2 GM, la G de Corée, le Vietnam, et l'Irak en 90, avait pris sa retraite et quelques jours plus tard, mourrait à cause d'un os de poulet ... Quand c'est l'heure ... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Asca




MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Jeu 27 Jan 2011 - 22:45

Stirling Moss sérieusement blessé dans un accident domestique

http://www.caradisiac.com/
par Cédric Pinatel Le 09 Mars 2010

Cédric Pinatel a écrit:



C’est fou comme parfois, la malchance de la vie quotidienne peut aller loin avec les plus grands champions du sport automobile. Ils prenaient bien souvent des risques énormes à rouler à des vitesses folles au volant de monoplaces bien loin des standards de sécurité d’aujourd’hui, tutoyant la mort à chaque virage. Et pourtant, c’est un bête accident de la vie de tous les jours loin des circuits qui les terrassaient. Stirling Moss vient de faire les frais de cette malchance exacerbée en se blessant sérieusement chez lui à cause d’un ascenseur défectueux.
Le célèbre champion sans couronne sortait de son appartement de Londres. Il appelait l’ascenseur, ouvrait la porte et tombait dans la cage d’ascenseur sans réaliser que ce dernier était resté bloqué au quatrième étage. Stirling Moss a fait une chute de trois étages, se blessant aux jambes et aux vertèbres avec plusieurs os cassés mais heureusement, aucun grave traumatisme interne. Sa vie n’est pas en danger et l’homme est resté conscient jusqu’à son transport à l’hôpital.
Espérons vite le revoir au volant de sa vieille MG au Tour Auto, lui qui demeure vraiment très, très en forme à 80 ans.

Cocktail
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Ven 28 Jan 2011 - 7:35

Le père Stirling a un site très bien fait où sa carrière est retracée, où il donne son avis sur la course automobile d'aujourd'hui et où... il vend des objets siglés à son nom ! Razz

http://www.stirlingmoss.com/

Sacré Stirling !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Ven 28 Jan 2011 - 7:42

Bonjour Hubert

Que signifie Sir Stirling Moss OBE ? scratch scratch

Trinque Bob
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Ven 28 Jan 2011 - 7:52

Order of the British Empire.

Civil, décidé par le roi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Ven 28 Jan 2011 - 8:02

Merci clin doeil

Ne lui reste plus qu'à siéger à la chambre des Lords en somme.

Si je ne m'abuse c'est quasiment le seul pilote de cette époque encore vivant, c'est effrayant lorsqu'on se plonge dans les archives, de constater le nombre incroyable de pilotes qui sont décédés en course, il fallait tout de même être courageux ou inconscient pour piloter ces monstres....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Ven 28 Jan 2011 - 8:10

Il n'y a plus beaucoup de pilotes ayant connu les années 50 et pouvant le raconter.

Reste aussi Hans Herrmann qui pilota pour Mercedes en 54-55.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Sam 26 Fév 2011 - 9:45

16 juillet 1955 au GP de Grande-Bretagne couru à Aintree.
Source : Hubert motorlegend



Aux essais, meilleur temps pour Moss, devant Fangio et Behra (Maserati), les deux autres W196 R sont juste derrière, Kling et Taruffi.



En course, Fangio mène 10 tours (1° et 2° puis 18° au 25°), Moss 80 : 3° au 17°, puis 26° au 90°.



Dans les derniers tours, Fangio semble se rapprocher de Moss en tête, puis, l'écart se stabilise, les deux voitures terminent dans cet ordre, très proches l'une de l'autre.



La toute jeune femme derrière Fangio semble bien être Pat Moss, la soeur du vainqueur qui s'en grille déjà une.

D'emblée, il fut demandé à Fangio (double champion du monde, en passe de le devenir à nouveau en 55) s'il avait laissé gagné Moss (1ère pole et 1ère victoire en GP ce jour-là) pour son Grand-Prix à domicile. La réponse nette fut : "Je ne pouvais pas le dépasser !"
Et que se disent-ils à ce moment-là ? Peut-être Moss lui pose-t-il la même question ? Moss dira ensuite que Fangio lui fit la réponse que l'on connait.

Le mot chevaleresque n'existe plus et surtout, jusqu'à ses 84 ans, Fangio, souvent questionné sur ce splendide épisode ne cessa de répondre la même chose : "Moss était plus rapide, je n'ai pas pu le dépasser !". Moss dit encore aujourd'hui qu'il n'a jamais su. Un grand bonhomme, on vous dit !



L'équipe Mercedes au grand complet


Détail de la course trouvé sur StatsF1
Source : Hubert motorlegend
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Sam 11 Juin 2011 - 10:35

Le Mans Legend : Stirling Moss de retour, avec une Porsche.
by claude Le 23.05.2011 Source : www.endurance-info.com




Incroyable Stirling Moss!! En mars 2010, le pilote britannique, véritable légende du sport automobile, faisait une chute de trois étages dans la cage d'ascenseur de son domicile, à l'âge de 80 ans, et poutant cela n'a freiné en rien sa passion pour la course automobile et le pilotage. Ses deux chevilles brisées, quatre vertèbres brisées et quatre fractures au pied ne l'empêchaient pas de reprendre le volant au cours de cette même année 2010, courant de nouveau dans le Woodcote Trophy à Silverstone fin juillet.

Au mois de mars 2010, Sir Stirling Moss - le pilote britannique a été annobli- a fait l'achat d'une Porsche RS 61 de 1961 et l'a engagée au mois d'août dernier, cinq mois après son accident! Au cours du warm-up, la boîte de vitesses de la Porsche se bloqua et la voiture partit en tête-à-queue et se fit heurter par une Lotus. La Porsche était très endommagée et ne pouvait participer le lendemain à la course. Depuis, la Porsche a été réparée en Grande-Bretagne chez un spécialiste de Porsche, Maxted-Page & Prill. Stirlig Moss en personne la pilotera pour la première fois en course lors de la course support des 24 Heures du Mans 2001, la "Le Mans Legend".

Cette course -qui alterne tous les deux ans avec une course du Group C Racing- est organisée par Motor Racing Legends, et cette année elle est ouverte aux voitures construites entre 1949 et 1965. 61 voitures seront au départ, dont des Ferrari 250 LM, des Lister, des Lotus, des Frazer Nash, pour n'en citer que quelques-unes. Stirling Moss est inscrit dans la classe des voitures de moins de deux litres, construites entre 1959 et 1965. Dans cette classe, ses adversaires seront principalement une Porsche RS 60, une Ferrari 206P, une Lotus 15 et une Porsche 904 2000 cm3 six cylindres. Stirling Moss aura pour coéquipier Ian Nuthall. La course aura une durée de 45 minutes, avec changement de pilote obligatoire.

Lors de la dernière édition de la Le Mans Legend en 2009, Stirling Moss pilotait sa propre Osca FS372 sur la piste mancelle.

Stirling Moss arrête la course automobile à 81 ans
Source : (AFP)



LONDRES — Le Britannique Stirling Moss, une légende des sports mécaniques, a décidé d'arrêter la course automobile à l'âge de 81 ans.

Moss, considéré comme le meilleur pilote de l'histoire à n'avoir jamais été champion du monde de Formule 1, a pris sa décision après s'être "fait peur" jeudi lors des qualifications pour la Course des légendes au Mans. "Cette après-midi, je me suis fait peur. J'ai toujours dit que si je ne me sentais plus à la hauteur et si je devenais une gêne pour les autres concurrents je me retirerais", a-t-il expliqué vendredi sur son site internet.

"J'adore la course automobile, mais il est temps d'arrêter", a ajouté le pilote, qui devait participer à la course au volant d'une Porsche RS61.

Moss a couru 66 Grands Prix de Formule 1 entre 1954 et 1961, remportant seize victoires, dont trois à Monaco. Il a terminé quatre fois à la deuxième place du Championnat du monde, trois fois derrière l'Argentin Juan Manuel Fangio et une fois derrière l'Anglais Mike Hawthorn (d'un point).

Victime d'un grave accident qui l'avait laissé paralysé du côté gauche en 1962, il avait abandonné la compétition de haut niveau l'année suivante.

Copyright © 2011 AFP. Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Dim 14 Aoû 2011 - 7:33

Les époux Moss en Aston Martin Cygnet
Publié par Antoine Arnoux le 17 juillet 2011
Source : Sport Prestige




On le sait, la Cygnet ne sera sans doute pas la plus courue des Aston Martin chez les gentlemen drivers. Pourtant, ce must have vient d’avoir une ambassadrice de marque en la personne de Mme Stirling Moss…

Sir Stirling Moss est généralement plus souvent associé aux légendes du sport automobile qu’à des citadines ( très ) huppées développées sur base de Toyota iQ. Nous parlons bien de la Cygnet, qui dissimule ses 98 petits chevaux derrière un badge Aston Martin. Au moins, l’exclusivité est de mise pour la petite anglaise assemblée à Gaydon ( l’honneur est sauf ), et l’ancien pilote de F1 britannique a jugé qu’elle ferait un présent tout indiqué à son épouse. « Une petite part de luxe britannique, idéale pour notre quotidien en ville », précise Stirling Moss.

Lady Susie Moss a donc reçu pour son 82ème anniversaire un exemplaire Racing Green, lors d’une cérémonie au Royal Automobile Club, en signe de gratitude envers sa « meilleure partenaire dans tout ce ( qu’il ) entreprend ». Vive les mariés…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   Lun 27 Fév 2012 - 8:06

Sir Stirling Moss en charmante compagnie.....


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Pilote] Stirling Moss   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Pilote] Stirling Moss
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» photos mercedes SLR STIRLING MOSS a mercedes monaco
» SLR Mac Laren "Stirling Moss"
» SLR Sterling Moss!
» Quelque citation (sport auto)
» Stirling Moss

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Mercedes :: L'Histoire Mercedes-Benz :: Des Femmes, des Hommes et Mercedes-Benz-
Sauter vers: